RMC Sport

Coupe du monde: le Danemark domine le Pérou, quels enseignements pour les Bleus?

Dans l’autre match du groupe C de la Coupe du monde ce samedi, le Danemark a battu le Pérou (1-0) grâce à un but de Poulsen. Avec quelques enseignements à tirer pour les Bleus, qui affronteront les Sud-Américains au prochain match.

Le Pérou séduisant mais… peu efficace

Vu le nombre d’occasions franches obtenues par le Pérou, les joueurs de Gareca rumineront longtemps leur manque d’efficacité offensive pour leur premier match de la Coupe du monde 2018. Séduisante dans le jeu, notamment avec le côté droit occupé par l'intenable Carrillo, la sélection sud-américaine a prouvé qu'elle disposait de plus de qualités que la simple grinta, mais s’est montrée maladroite sur penalty avec un gros raté de Cueva, ou dans le jeu avec Farfan et Flores. L’entrée de l’attaquant star Guerrero à l’heure de jeu a pesé sur la défense danoise, mais lui non plus n’a pas réussi à tromper la vigilance de Schmeichel, avec une talonnade de peu à côté (79e).

Défensivement en revanche, le Pérou a montré quelques lacunes, notamment au niveau de la vitesse, et pour gérer les phases de transition. Le gardien Gallese ne s’est pas montré non plus irréprochable sur le but de Poulsen, en ne fermant pas bien son angle au premier poteau. Et il ne semble pas vraiment à l’aise dans les sorties aériennes sur les coups de pied arrêtés.

Schmeichel, Eriksen, les hommes forts du Danemark

Sans surprise, le Danemark s’est appuyé sur ses deux hommes forts lors de cette rencontre: son gardien Kasper Schmeichel et son métronome Christian Eriksen. Le premier s’est montré déterminant avec quatre arrêts décisifs, le deuxième en offrant une passe décisive à Poulsen sur le seul but de la rencontre. A noter que le sélectionneur Hareide a perdu son blessure son milieu de terrain, William Kvist.

Poulsen à surveiller

Poulsen, un joueur qu’il faudra surveiller de près pour les Bleus. Le numéro 20 danois a eu une grosse activité dans son couloir, tant offensivement que défensivement, n’hésitant jamais à provoquer balle au pied. La charnière centrale Kjaer-Christiansen est certes très solide dans les duels, mais manque de vivacité, surtout dans le jeu au sol. Mais le point faible du Danemark réside sans doute à la pointe de l’attaque, puisque Jorgensen a eu beaucoup de mal à exister dans cette rencontre, ratant une belle occasion à la 83e minute de faire le break et de mettre son équipe à l’abri. A suivre.

D.W