RMC Sport

Coupe du monde: peut-on gagner sans un buteur en réussite?

Régulièrement remis en cause malgré de très bonnes statistiques (31 buts en 72 sélections), Olivier Giroud devra répondre présent lors de la prochaine Coupe du monde. Même si, comme l'ont montré les dernières éditions, il n'est pas nécessaire d'avoir une pointe très prolifique pour soulever le trophée.

"Je suis désolé mais on ne peut pas être champion du monde avec Giroud". La sentence est sortie de la bouche de Christophe Dugarry, ce lundi soir après France-Irlande (2-0), match durant lequel l'ancien Montpelliérain a pourtant inscrit son 31e but en 72 sélections. Le champion du monde 1998 estime que si l'attaquant de Chelsea peut être utile en joker, il n'a pas les épaules pour guider les Bleus vers une deuxième étoile. Pourtant, gagner un Mondial sans un grand buteur est tout sauf impossible. Bien au contraire.

Depuis l'édition 1998 durant laquelle les Bleus de "Duga" avaient été sacrés, seuls le Brésil 2002 et l'Espagne 2010 ont été portés par une pointe en feu, à savoir Ronaldo (huit buts) et David Villa (cinq buts). Lors du Mondial en France, l'avant-centre titulaire des Bleus était Stéphane Guivarc'h et il était resté muet toute la compétition. Thierry Henry, qui jouait alors sur un côté, avait fini meilleur réalisateur français avec trois buts.

Materazzi et Toni meilleurs buteurs de l'Italie en 2006

En 2006, l'Italie l'avait emporté grâce à deux meilleurs buteurs qui culminaient à… deux réalisations. Il s'agissait de l'avant-centre Luca Toni et de Marco Materazzi. L'Allemagne de Miroslav Klose (cinq buts) avait échoué en demi-finale. Ce même Klose qui, en 2014, n'avait marqué que deux fois durant la campagne victorieuse des Allemands, mais qui avait été bien épaulé par Thomas Müller (cinq buts).

A lire aussi >> Equipe de France: pour Deschamps, Giroud est "injustement critiqué"

AA et MD