RMC Sport

Courbis et Benarbia croient en l’Algérie

Ali Benarbia

Ali Benarbia - -

Les Fennecs débutent leur Mondial face à la Belgique, mardi (18h), avec l’objectif de passer le premier tour pour la première fois de leur histoire. Une mission dont ils sont capables, selon nos consultants Rolland Courbis et Ali Benarbia.

Le Mondial débute ce mardi pour l’Algérie avec un premier match difficile face à la Belgique (18h). Ancien international algérien, Ali Benarbia suivra évidemment cette rencontre de près. « On sera bien sûr supporter, reconnait le membre de la Dream Team RMC Sport. Le cœur parlera en premier. Ça reste toujours une fierté nationale, aussi bien pour les joueurs qui portent le maillot que pour les supporters et toute une nation. » Benarbia croit en cette équipe d’Algérie, à condition qu’elle se canalise : « Ce qu’on attend, c’est du sérieux, de mettre un peu plus de folie offensivement, et surtout d’y croire. Ils ont tout un peuple derrière eux. Il y a un coach (Vahid Halihodzic) qui a assez d’expérience, de poigne et d’envie de réussir pour le propager à cette équipe. Il y a de jeunes joueurs très techniques qui veulent se montrer dans une Coupe du monde. Si les Algériens prennent le match par le bon bout, dès les premières minutes, pour gêner cette équipe de Belgique, ils peuvent créer un exploit. »

Face aux Diables Rouges, l’ancien joueur de Bordeaux et Paris pense que l’Algérie à un coup à jouer, malgré quelques fragilités : « Les Belges sont très forts et sont des outsiders dans ce Mondial mais ils n’ont pas beaucoup d’expérience en compétition internationale alors que l’Algérie était déjà là en 2010. Cette équipe d’Algérie va jouer 90 minutes par 90 minutes. Elle n’est pas en position de voir beaucoup plus loin que le premier match. Cette équipe a besoin de croire en elle. J’ai juste peur qu’elle soit un peu fragile si elle se prend un but dès le début. Mais je pense que cette équipe peut débuter cette Coupe du monde par le bon bout. »

Courbis : « Un possible rôle de trouble-fête »

Un bon début de l’Algérie, Rolland Courbis y croit également. L’ancien entraineur de l’USM Alger mise sur cette nouvelle génération prometteuse : « Il y a cette année un potentiel qui doit permettre à cette équipe d’Algérie de pouvoir jouer un rôle de trouble-fête. En toute décontraction, mais avec beaucoup de motivation par rapport à il y a 4 ans où, après s’être qualifié contre l’Egypte, on a eu l’impression que la Coupe du monde était pratiquement terminée alors qu’il y avait la possibilité de s’amuser dans un groupe jouable. Cette année, l’Algérie ne part pas favorite de sa poule mais avec la Russie, la Belgique et la Corée du Sud, je pense qu’il y peut y avoir des surprises. »

A lire aussi :

>> Brèves de sélections – épisode 1

>> EN IMAGES : Les premières dans l’histoire de la Coupe du monde

>> Toute l'actualité de la Coupe du monde

La rédaction