RMC Sport

Croatie-Angleterre: Crouch défend le vendangeur Sterling

-

- - AFP

Qualifiés pour les demi-finales du Mondial en Russie, les Three Lions ont déjà prouvé qu’ils pouvaient d’appuyer sur Harry Kane, auteur de six buts depuis le début de la compétition. Un peu moins sur le maladroit Raheem Sterling, qui subit les foudres des supporters anglais. Peter Crouch a volé à son secours dans sa tribune pour le Daily Mail ce lundi.

Raheem Sterling est de nouveau la cible des amateurs de football anglais. Deux ans après ses faibles prestations réalisées lors de l’Euro 2016, le voici de nouveau en difficulté devant le but lors de ce Mondial russe. Le champion d’Angleterre en titre ne parvient pas à s’illustrer et enchaîne les ratés face aux gardiens adverses, même en un contre un... bien loin de ce réalisme qu’on lui découvrait sous les ordres de Pep Guardiola cette saison.

"Raheem donne tellement plus"

Peter Crouch a pris ce lundi sa défense, à deux jours de la demi-finale entre l’Angleterre et la Croatie. Pour l’ancien joueur de Tottenham, les qualités de Sterling ne se résument pas ses capacités face au but. "Les gens font une fixette sur sa finition en Coupe du monde, mais il est essentiel de prendre du recul, demande l’ancien buteur des Spurs dans sa tribune hebdomadaire pour le Daily Mail. Raheem donne tellement plus. Il est rapide, talentueux et déterminé. Il apporte toujours le danger et Harry Kane, Jesse Lingard et Dele Alli bénéficient tous des espaces qu’il crée."

A ceux qui ont la critique facile, Peter Crouch réclame patience et tolérance. "Raheem serait le premier à vous dire qu’il doit s’améliorer dans la finition en sélection, lui qui n’a marqué que contre la Lituanie et l’Estonie en équipe nationale, rappelle-t-il. (…) Ce qui m’a impressionné la saison dernière chez Raheem, c’est son désir d’aller de l’avant tout le temps. Quand on joue au poste de numéro 10, on doit marquer et créer, et il l’a toujours fait avec City. Il a terminé la saison avec 23 buts, dont 22 inscrits depuis l’intérieur de la surface, et huit dans les six mètres." La saison précédente, il n’en comptait que 11.

Un élément clé dans le jeu

En face-à-face avec le gardien, l’international anglais perd parfois ses moyens. Mais il apporte autre chose à ses coéquipiers, dans le placement, la libération d’espaces en attirant les défenseurs adverses et étirer le bloc. Même si la pression a raison de sa finition. "Rien n’emballe plus votre cœur que de vous retrouver face-à-face avec un gardien, assure Peter Crouch. C’est le sens de l’anticipation, les nerfs et l’adrénaline qui vous prennent au corps. Vous êtes conscient de tout ce qui se passe autour de vous, à tel point que vous pouvez entendre le son des sièges qui tremblent en tribune au rythme des supporters qui sautent." Face à la Croatie mercredi, il faudra donc davantage se concentrer sur ses qualités. Ce sont peut-être elles qui enverront les Anglais en finale pour la première fois depuis 1966.