RMC Sport

Domenech : « Un vrai bonheur »

Le sélectionneur s'est dit pleinement satisfait du stage de préparation à la Réunion.

Le sélectionneur s'est dit pleinement satisfait du stage de préparation à la Réunion. - -

Le sélectionneur des Bleus s’est livré longuement ce jeudi, à la veille de France-Chine. Au-delà des interrogations sur la forme de son équipe, il se dit ravi par l’escale à la Réunion. Son idée.

Raymond Domenech, l’équipe de France est-elle prête pour la Coupe du monde ?
J’espère qu’elle n’est pas prête. Le jour où il faudra être prêt, c’est le jour du premier match. Pour le moment, on est dans la préparation. Il reste une semaine, il y a un match (contre la Chine, demain, ndlr), il y aura une semaine derrière, donc on est dans la finition. On est nettement mieux que quand on a commencé, c’est vrai, mais j’espère qu’on est nettement moins bien que quand on sera prêts.

Contre la Chine, est-ce qu’il y aura des joueurs qui joueront plus que d’autres ?
C’est une fin de préparation. Donc oui, il y aura des joueurs qu’on verra un peu plus, d’autres un peu moins peut-être mais l’objectif ce n’est pas de dire que les onze qui joueront là, joueront le premier match. On ne sait pas encore. Pendant toute la préparation, on a bougé, on a fait changer des joueurs, on a essayé de mettre tout le monde au même niveau pour avoir un choix avec beaucoup plus de joueurs le 11 juin (contre l’Uruguay, ndlr).
Ce que je dis depuis les 2-3 premiers jours, c’est que c’est un groupe qui a envie, qui le montre, qui travaille bien, qui se pose des questions, qui s’enrichit et qui n’est pas inactif. Il est soudé et, sur ces bases-là, on peut se dire qu’on a un groupe solide pour travailler.

On a vu des difficultés en Tunisie. L’adaptation au 4-3-3 n’est pas celle que vous attendiez ?
On a eu aussi des difficultés contre le Costa Rica, on a eu aussi des difficultés contre l’Irlande, contre tous les pays qu’un a rencontrés avant. Chaque match a son lot de difficultés, il faut s’adapter, il faut trouver des solutions. C’est vous qui mettez des numéros quelque part, moi je n’ai pas vu un 4-3-3 encore. Ca, c’est une définition. Moi, je suis en 5-5. Après chacun le définit comme il veut.

« Gallas sera opérationnel demain »

Pouvez-vous nous donner des nouvelles de William Gallas ?
Il va très bien. Il va nettement mieux que s’il avait plus mal, mais nettement moins bien que s’il allait mieux (sic). On va le ménager aujourd’hui et demain il sera opérationnel, pas de souci.

Un mot sur Sydney Govou ?
Il apporte ce que j’attends de lui pour le moment. C’est vrai qu’il pourrait être un peu plus présent devant le but, mais il y a un rééquilibrage avec cinq joueurs offensifs. Sydney a des capacités à être devant, à être derrière.

Votre défense centrale ne semble pas être bien rôdée. Etes-vous d’accord ?
Pas complètement d’accord, pas complètement opposé. Cette charnière qui a joué les derniers matches a joué il y a longtemps. On l’a déjà essayé, elle a fonctionné dans certains matches. Ce sont des joueurs de talent, d’expérience, mais c’est vrai qu’il y certains postes où c’est mieux d’avoir fait 40 matchs ensemble que 15.

L’île de la Réunion c’était votre idée. Est-ce qu’aujourd’hui vous trouvez justement que c’était une bonne idée ?
Je suis content que vous disiez que c’était une de mes idées. C’est génial, c’est exceptionnel. Je regrette juste une chose : qu’il y ait des gamins qui soient restés à la porte du stade hier, j’ai trouvé ça honteux, scandaleux, inadmissible. Ce ne sont pas les hooligans des stades européens. J’avais dit aux joueurs qu’il y aurait plein de gamins dans le stade. Il manquera quelque chose dans ce que je voulais qu’il se passe ici. C’est une ambiance exceptionnelle avec des gens qui aiment l’équipe de France, qui voulaient voir l’équipe de France et je n’ai pas de mot pour dire qu’il y avait 200 gamins dehors alors qu’il y avait deux tribunes vides. Que ceux qui se sentent responsables… Je n’irai pas plus loin.

Qu’est-ce que vous retiendrez de ces quelques jours ?
Que si vous voulez passer des vacances à la Réunion, on a un hôtel exceptionnel et que l’accueil des gens a été extraordinaire. C’est vraiment un bonheur, je ne regrette pas d’être venu ici. C’est ce que je voulais, que les joueurs sentent le contact avec le public et qu’ils sentent qu’ils sont aimés par le public. Ce n’est pas toujours le cas et là ils le sentent. »