RMC Sport

Egypte – Algérie : pourquoi tant de haine ?

-

- - -

Le caillassage du bus de la sélection algérienne n’est que l’ultime manifestation de la rivalité historique qui existe autour du football entre les deux nations.

Le Caire, 16 novembre 1989. Dans un stade national en fusion, l’Egypte et l’Algérie se disputent une qualification pour la Coupe du monde 1990. Les Pharaons gagnent 1-0 mais le match tourne à l'émeute. Dans la confusion générale, le Dr Ahmed Abdelmouneim Ahmed Abdelhadi, médecin de la sélection égyptienne, est blessé grièvement à l’œil par des débris de verre. Il dépose une plainte auprès de la justice et accuse Lakhdar Belloumi, le meilleur joueur algérien de l'histoire, d’être l’auteur des coups. La justice égyptienne saisit Interpol qui lance un mandat d'arrêt international. Le mandat n’a été levé qu’en mars dernier ! Belloumi, qui a 51 ans aujourd’hui, n'a plus quitté l'Algérie depuis cette histoire.
Cet épisode a laissé des traces. Quelques mois plus tard, les deux équipes doivent se rencontrer à la Coupe d’Afrique des Nations, organisée… en Algérie. L'Egypte, qui craint pour la sécurité de ses joueurs, menace de boycotter l’épreuve et finit par n’envoyer qu’une équipe bis qui s’incline (2-0) face aux Fennecs, qui remporteront l’épreuve.

Terrible humiliation

Douze ans plus tard, les tensions que l’on croyait apaisées ressurgissent lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2002. Le 21 juillet 2001, à Annaba, l’Algérie, déjà éliminée, accueille l’Egypte qui a obligatoirement besoin d’une victoire pour se qualifier. Mido ouvre le score à l’heure de jeu mais l’Algérien Farid Ghazi égalise à la 68e minute. Le public explose de joie pour le plus grand dépit de la délégation égyptienne ; s'en suivent de nombreux incidents dans les tribunes.
Dernière péripétie, devant des milliers d'Algériens en délire, les Fennecs battent l'Egypte 2-1 lors de la CAN 2004 en Tunisie. Les Pharaons vivent ce revers comme une terrible humiliation. C’est d’ailleurs la dernière défaite de l'Egypte à la CAN puisqu'elle a remporté depuis les deux dernières éditions.

La rédaction - avec Pierre Dorian