RMC Sport

Escalettes : « Notre destin entre nos pieds »

-

- - -

Jean-Pierre Escalettes, Président de la Fédération française de football, revient sur la situation de l’équipe de France dans la course au Mondial.

Quel bilan tirez-vous de ces deux matches amicaux de l’équipe de France face au Nigéria et face à la Turquie ?
Le deuxième match était meilleur. Peut-être que le contexte du premier à St-Etienne n’était pas idéal. On n’a pas du tout apprécié que certains joueurs soient sifflés. Quand un joueur porte le maillot de l’équipe de France, il ne porte pas le maillot de son club. Je vais rester sur l’image du deuxième match pour me projeter sur le 12 août et la rencontre contre les Iles Féroé. Nous verrons si nous sommes assez efficaces pour aller au mondial…

La Serbie compte aujourd’hui 5 points d’avance sur l’équipe de France…
Avec des matches en plus, c'est facile de prendre de l’avance. On les rattrapera si nous gagnons aux Iles Féroé. Cela se jouera contre la Serbie à mon avis. Il y a ces deux points d’écart, il va falloir les gommer… Si nous ne les gommons pas, et bien nous serons seconds. On a notre destin entre nos pieds. Si nous gagnons tous le matches jusqu’au bout, on passe, c’est tout. Alors le but, c’est de tous les gagner !

Que pensez-vous des sifflets contre Raymond Domenech ?
Ca devient une tradition. Quoi qu’il arrive, même si Domenech est champion du monde, il sera sifflé. J’ai déjà vu ça malheureusement dans le football. A une époque, Christophe Dugarry était sifflé sur tous les terrains de football, on n’a jamais compris pourquoi… J’ai même entendu Michel Platini être sifflé au Parc des Princes. Raymond n’est pas apprécié de tout le monde, il a eu des problèmes suite à l’Euro. Mais ça me gène davantage quand les joueurs sont sifflés non pas parce qu’ils sont mauvais, mais parce qu’ils n’ont pas le bon maillot sur les épaules. C’est plus grave.

La rédaction - Clément Zampa