RMC Sport

EXCLU RMC SPORT - Valcke : « Janvier-février ou novembre-décembre pour le Mondial 2022 »

Jérôme Valcke

Jérôme Valcke - AFP

EXCLU RMC SPORT - Jérôme Valcke, le secrétaire général de la FIFA, réagit à l’article paru ce mardi matin dans France Football, qui pointe du doigt de sérieuses irrégularités dans l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Et il ne mâche pas ses mots.

Jérôme Valcke, que vous inspire l’article paru ce mardi matin dans France Football ?

C’est une baudruche. Ça n’existe pas et ça n’a aucune véracité. C’est totalement inutile. C’est du sensationnel. Ça n’apporte rien, aucun éclairage nouveau. C’est également confirmé que ce n’est pas quelque chose de véridique. Ce qui me stupéfait, c’est de voir que c’est présenté comme quelque chose d’exceptionnel et de nouveau. Ce sont des déclarations faites devant la commission d’éthique et cela n’a pas été pris en compte, en raison d’un certain nombre d’incohérences et d’éléments qui ne collaient pas avec sa version. C’est étonnant qu’il n’y ait pas plus de vérifications effectuées.

Que répondez-vous aux déclarations de Phaedra Al Majid, l’ancienne membre du comité de candidature Qatar 2022, qui affirme que le Qatar a remporté le soutien de trois dirigeants africains moyennant finances ?

C’est du réchauffé. Phaedra Al Majid avait proposé à la FIFA sa coopération en mai 2011. La base de cette coopération était impossible via son avocat. Elle ne donnait pas la garantie que ce qu’elle disait était des faits réels. Elle demandait à être protégée contre n’importe qui ou n’importe quoi. Elle demandait à être indemnisée si elle mettait en cause qui que ce soit et qu’il y avait des recours juridiques contre elle… La FIFA n’a pas retenu la possibilité d’obtenir de sa part un témoignage. Elle a fait une déclaration à Michael Garcia (président de la chambre d’investigation qui a compilé un rapport de 430 pages, ndlr) dans le cadre de son enquête. Il a ensuite été clairement dit par le juge Eckert (président de la chambre de jugement de la commission d’éthique de la FIFA, ndlr) que cette déclaration était contredite par un certain nombre d’éléments qui mettaient en doute la véracité de ses propos. Elle s’est un moment rétractée en disant que c’était plus par vengeance, vis-à-vis du comité du Qatar, parce qu’il l’avait renvoyée.

La Coupe du monde aura-t-elle lieu au Qatar ?

Le juge Eckert a dit et redit, via la lecture du rapport Garcia, que pour lui, le processus d’investigation sur l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 est un processus clos. Le juge est le président de la commission d’éthique. C’est celui qui rend la décision finale. A mon niveau, on travaille avec le comité d’organisation local du Qatar depuis 2010.

Où en êtes-vous concernant le calendrier de cette compétition ?

On a eu deux réunions de la « task force » mise en place par le comité exécutif de la FIFA sous la présidence de Salman Al Khalifa, président de la Confédération asiatique de football. Cette « task force » est composée de Ligues, de clubs, de joueurs… Tout ce qui compose le football, non pas seulement au niveau européen, mais des six continents qui composent la FIFA. Bien évidemment, aucune formule ne satisfait tout le monde, si ce n’est que la Coupe du monde ne se joue pas en juin-juillet 2022. Cette question ne se pose pas puisque le comité exécutif de la FIFA a pris la décision que jouer en été n’était pas viable et qu’il fallait trouver une alternative pour jouer l’hiver.

Quelles sont ces alternatives ?

Il y a deux alternatives. Janvier-février 2022 ou novembre-décembre 2022. Ce sera quoi qu’il arrive en 2022. Les clubs européens sont venus avec une proposition pour jouer en avril. Ça aurait pu être étudié, mais le ramadan commence à cette période. Il est impossible de penser jouer une Coupe du monde à cette période ou même juste après. Il y a une réunion le 23 février prochain pour aller plus en profondeur, notamment sur l’impact sur les périodes de phases qualificatives. L’idée est de prendre une décision en mars 2015 par le comité exécutif.

La rédaction avec Pierrick Taisne