RMC Sport

France-Argentine: ce très encombrant Diego Maradona

Présent en tribunes lors des trois premiers matchs de l’Argentine en Coupe du monde, le légendaire ex-numéro 10 de l’Albiceleste Diego Maradona s’est fait remarquer par son attitude et ses frasques de mauvais gout. Vraiment gênant avant le 8e de finale France-Argentine à Kazan?

C’est le show Maradona. Depuis le début de la Coupe du monde, la légende du football argentin vole régulièrement la vedette à l’équipe de Lionel Messi. Invité dans les loges des stades russes par la Fifa lors du match d'ouverture et du premier match de l'Argentine puis par ses sponsors personnels, "El Pibe de Oro" multiplie les poses. Tantôt christiques, tantôt déplacées comme ses deux doigts d’honneur qui ont fait le tour du monde à la fin d’Argentine-Nigeria.

Invité durant tout le Mondial d’un show quotidien sur la chaîne de télévision vénézuélienne Telesur, Maradona donne son avis sur tout, provoque, en fait des caisses, rappelle aussi qu’il n’est pas mort suite à son malaise à Saint-Pétersbourg.

"On a pu voir sa pire facette"

Une attitude dérangeante? Oui pour la Fifa qui commence à s’agacer de ses frasques en mondovision. Si il était invité par la fédération internationale pour les deux premiers matchs, c'est ensuite ses sponsors privés qui ont pris le relais. Oui aussi pour certains journalistes argentins. "Je l’ai aimé en tant que footballeur mais ce qui s’est passé dans le stade à Saint-Pétersbourg, je ne l’ai pas apprécié, confirme Nicolas Singer, reporter pour Artear. Ça m’a affecté. On a pu voir sa pire facette. Le Maradona footballeur, ce n’était pas cette image."

"Ce n’est rien de plus qu’un supporter un peu spécial"

Si certains s’offusquent de son comportement, d’autres prennent ses dérapages avec plus de distance. "On l’écoutera toujours car il a été l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du foot comme Pelé, Messi, ou Di Stefano, admet Marcelo Benedetto qui travaille sur la télé publique argentine. Aujourd’hui, c’est pire qu’un ultra qui assiste à un match, qui souffre, qui gesticule en tribune mais ce n’est rien de plus qu’un supporter un peu spécial." Un fan un peu encombrant aussi pour la sélection de Sampaoli? "Non, poursuit Marcelo Benedetto. Maradona a une image très forte en Argentine mais ça reste un supporter. Il n’a pas d’influence sur le groupe." On le surveillera néanmoins de près samedi à Kazan, s'il assiste au 8e de finale entre l'Argentine et l'équipe de Bleus.

AB avec AA à Moscou