RMC Sport

Henry veut finir en beauté

-

- - -

Le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France (51 buts) va sans doute disputer en Afrique du Sud sa dernière grande compétition, avec l’intention de prouver qu’à 32 ans, il n’est pas fini.

C’était un soir de mars propice à brûler les idoles. Remplacé après 64 minutes d’un France-Espagne (0-2), traversé comme un fantôme, Thierry Henry s’éclipse sur la pointe des pieds. Le Stade de France lui offre une bordée de sifflets en guise de haie d’honneur. « C'est normal de se faire siffler quand les gens sont déçus », lâche-t-il. Le meilleur attaquant français de la décennie (51 buts) méritait sans doute une autre sortie. Tant pis.

Symbole d’une sélection française qui a tout gagné au tournant du siècle, « Titi » aborde le dernier grand défi de sa carrière dans un climat de défiance : trop vieux (32 ans), trop lent, trop peu utilisé par Guardiola à Barcelone pour ses détracteurs. Raymond Domenech a failli le lâcher, avant de se raviser. Sans doute le sélectionneur s’accroche-t-il au souvenir d’un Zidane, dénigré avant la Coupe du monde 2006 mais étincelant jusqu’à sa sortie sur un coup de tête en finale. Un match, perdu aux tirs au but, que Thierry Henry avait disputé dans le brouillard, séché d’entrée par le coude de Cannavaro. Triste calque en négatif du sacré 12 juillet 1998, lorsqu’il trimballait son insouciance sur le toit du monde.

Trop haut, trop vite ? Six mois après le Mondial 98, le triple buteur en Coupe du monde quitte le cocon monégasque pour se perdre une demi-saison à la Juventus. Croisé quelques années plus tôt sur le Rocher, Arsène Wenger le rapatrie fissa à Arsenal et façonne sa métamorphose en buteur. Ça marche : Henry est le meilleur canonnier de l’histoire d’Arsenal (226 buts). Seul lui manque une Ligue des champions échappée en mai 2006 contre Barcelone, qu’il décrochera finalement trois ans saisons plus tard… sous le maillot catalan.

Sportif préféré des Français en 2008

Côté tricolore, le jeunot se taille rapidement un costume de cadre. Il inscrit à nouveau trois buts lors de l’Euro 2000 victorieux. Les choses se gâtent ensuite. Sacrés avant même d’avoir posé le pied en Corée du Sud et au Japon, les Bleus calent dès le premier tour du Mondial 2002. La compétition d’Henry s’arrête même dès la 25e minute du deuxième match, contre l’Uruguay, suite à un carton rouge. Les deux championnats d’Europe 2004 et 2008 seront des échecs. Ce qui ne l’empêchera pas d’être élu sportif préféré des Français en 2008. Il était encore troisième du classement paru en janvier dernier, malgré l’épisode de la main face à l’Irlande.

Le geste, capté en mondovision, a brouillé l’image lisse d’un des chouchous des publicitaires. Ex-emblème de réussite, l’enfant des Ulis est aujourd’hui celui d’une équipe de France à la côte d’amour au plus bas. On le soupçonne en plus, sous des dehors modestes, d’œuvrer en sous-main contre la prise de pouvoir de la « génération 1987 », qu’il apprécie peu. En cause notamment, le « vol » de sa place au fond du bus des Bleus par Samir Nasri lors de l’Euro 2008. Aucun des Benzema, Nasri ou Ben Arfa n’était dans l’avion pour l’Afrique du Sud.

Thierry Henry peut en tout cas s’atteler à son dernier tour de piste l’esprit libre. En pointe ou à gauche, les interrogations l’accompagneront jusqu’au premier match du Mondial, le 11 juin face à l’Uruguay. La suite lui appartient.

Le titre de l'encadré ici

Son CV |||

Thierry Henry

32 ans

Né le 17 août 1977 aux Ulis (91)

Avant-centre, attaquant gauche

Club actuel : FC Barcelone

121 sélections, 51 buts

Palmarès

Champion du monde 1998, Finaliste de la Coupe du monde 2006, Champion d’Europe 2000, Coupe des Confédérations 2003, Champion de France 1997, Champion d’Angleterre 2002 et 2004, Coupe d’Angleterre 2002, 2003, 2005, Community Shield 2002 et 2004, Mondial des clubs, Ligue des champions, Coupe d’Espagne, Supercoupe d’Espagne et Supercoupe d’Europe 2009, Champion d’Espagne 2009 et 2010

Clubs précédents :
Monaco (1994-1999), Juventus Turin (déc. 1999-juin 1999), Arsenal (1999-2007)

Sylvain Coullon