RMC Sport

Higuain rapproche l’Argentine des huitièmes

Gonzalo Higuain

Gonzalo Higuain - -

Auteur du premier triplé de ce Mondial, le buteur du Real a rayonné face à la Corée du Sud. Les Argentins peuvent voir la suite avec sérénité.

Et dire que pendant un an, Maradona refusait de le convoquer ! Mais le sélectionneur argentin n’est peut-être pas si têtu que ça. Devant les performances de Gonzalo Higuain au Real, il a finalement décidé d’en faire l’un des leaders offensif de son groupe, au détriment des Agüero, Milito et autres Tevez, souvent condamnés à débuter les rencontres sur le banc. Bien lui en a pris.
Pour le deuxième match de l’Albiceleste en Coupe du monde, le buteur madrilène a marqué les esprits. A l’image de son équipe, il a fait étalage de toute sa force de frappe offensive. Et sa relation avec Messi semble de plus en plus efficace. Déjà brillant face au Nigéria, le numéro 10 barcelonais a d’ailleurs prouvé, une nouvelle fois, qu’il était capable d’être décisif sous le maillot de sa sélection. C’est même lui qui est à l’origine du premier but argentin, inscrit contre son camp par Park Chu-Young (16e, 1-0).
Mais le reste du match appartient à Higuain. Réaliste, il inscrit d’abord son premier but d’une tête à bout portant, après une déviation de Burdisso (33e, 2-0). Opportuniste, il est idéalement placé pour reprendre avec succès un ballon dévié par le poteau, après une frappe de Messi (76e, 3-1). Clairvoyant, il reprend d’une tête décroisée un centre d’Agüero au deuxième poteau (80e).
La réduction du score par Lee Chung-Yong, juste avant la mi-temps (2-1), sur une erreur de Demichelis révélatrice des difficultés défensives de l’Albiceleste, est presque anecdotique. L’attaque argentine a flambé hier après-midi. Avec six points en poche, elle est presque assurée de voir les huitièmes de finale.

Et dire que pendant un an, Maradona refusait de le convoquer ! Mais le sélectionneur argentin n’est peut-être pas si têtu que ça. Devant les performances de Gonzalo Higuain au Real, il a finalement décidé d’en faire l’un des leaders offensif de son groupe, au détriment des Agüero, Milito et autres Tevez, souvent condamner à débuter les rencontres sur le banc. Bien lui en a pris. Pour le deuxième match de l’Albiceleste en Coupe du monde, le buteur madrilène a marqué les esprits. A l’image de son équipe, il a fait étalage de toute sa force de frappe offensive. Et sa relation avec Messi semble de plus en plus efficace. Déjà brillant face au Nigéria, le numéro 10 barcelonais a d’ailleurs prouvé, une nouvelle fois, qu’il était capable d’être décisif sous le maillot de sa sélection. C’est même lui qui est à l’origine du premier but argentin, inscrit contre son camp par Park Chu-Young (16e, 1-0). Mais le reste du match appartient à Higuain. Réaliste, il inscrit d’abord son premier but d’une tête à bout portant, après une déviation de Burdisso (33e, 2-0). Opportuniste, il est idéalement placé pour reprendre avec succès un ballon dévié par le poteau, après une frappe de Messi (76e, 3-1). Clairvoyant, il reprend d’une tête décroisée un centre d’Agüero au deuxième poteau (80e). La réduction du score par Lee Chung-Yong, juste avant la mi-temps (2-1), sur une erreur de Demichelis révélatrice des difficultés défensives de l’Albicelste, est presque anecdotique. L’attaque argentine a flambé hier après-midi. Avec six points en poche, elle aura sans doute encore l’occasion de le faire en huitièmes de finale.

C. Z.