RMC Sport

José Luis Brown, champion du monde 1986 avec l'Argentine, est décédé

José Luis Brown (au centre) avec l'Argentine

José Luis Brown (au centre) avec l'Argentine - AFP

José Luis Brown, défenseur argentin vainqueur de la Coupe du monde 1986, est décédé à 62 ans. Il était atteint de la maladie d'Alzheimer.

L'Argentine pleure un de ses héros. L'ancien défenseur José Luis Brown, champion du monde en 1986 avec l'Albicéleste, est décédé lundi à 62 ans des suites de la maladie d'Alzheimer.

Héros de 86

José Luis Brown était l'homme d'un seul but. Son unique réalisation en 36 sélections. Le 29 juin 1986, dans le stade Azteca de Mexico, l'Argentine et l'Allemagne de l'Ouest disputent la finale de la Coupe du monde. Le défenseur de l'Albicéleste profite d'un coup franc dans la moitié de terrain allemande pour monter dans la surface. Sur le coup de patte de Jorge Burruchaga, il fonce au second poteau, renversant au passage son capitaine Diego Maradona. Sa tête ne laisse aucune chance à Harald Schumacher, parti à l'abordage, et il ouvre le score. Le premier des trois buts des Argentins (3-2) pour leur deuxième et dernier sacre. 

Un passage à Brest

Figure d'Estudiantes de La Plata, où il a effectué la majeure partie de sa carrière, José Luis Brown avait ensuite emmené son talent en Colombie (Atlético Nacional) avant de revenir en Argentine. Alors qu'il traversait une période difficile du côté de Boca Juniors et du Deportivo Espagnol en raison d'une grave blessure au genou, il a été retenu pour la Coupe du monde 1986, disputant au final toutes les rencontres dans leur intégralité. La suite de sa carrière l'a amené en Europe, à Brest pendant un an puis à Murcia en Espagne. Il avait conclu sa carrière de joueur à 1989, au Racing Club, avant d'entamer une autre d'entraîneur, notamment auprès des équipes de jeunes argentines. 

Atteint d'Alzheimer

Il était hospitalisé depuis décembre et le témoignage de sa fille Florencia en juillet avait marqué les esprits. "Il est dans un lit, ne contrôle plus son sphincter et ne peut se déplacer qu'en chaise roulante parfois, racontait-elle à la radio argentine. Il n'a plus aucune indépendance. Il me demande qui je suis, ou il me dit que je suis très jolie en pensant que je ne suis qu'une femme venant le visiter. Les seuls moments de connexion sont quand je lui prends la main et que je chante pour lui." 

HM