RMC Sport

Ke Nako, la terre a tremblé !

Les supporteurs sud-africains étaient à l'unisson derrière les Bafana Bafana

Les supporteurs sud-africains étaient à l'unisson derrière les Bafana Bafana - -

Vuvuzelas au vent, en jaune et vert de la tête aux pieds, en transe à la moindre touche de balle de leurs ouailles, les 84 000 spectateurs du Soccer City se sont époumonés pendant 90 minutes dans un vacarme assourdissant. Ambiance.

Echarpe aux couleurs nationales autour du cou, Jacob Zuma donne le ton. Aux côtés de Sepp Blatter, le patron de la FIFA, le président de la République sud-africaine se veut digne et sobre sur la pelouse du Soccer City à quelques minutes du coup d'envoi du match d'ouverture : « La famille Mandela a été victime cette nuit d'un drame tragique. » Puis, solennel : « Bonne Coupe du monde à tous. »

Dans le sillage de Zuma, les Bafana Bafana ont avancé masqué. Et ça a marché. Le « Ke Nako » (« êtes-vous prêts ? ») a résonné avant de laisser place à un Shosholoza (« Faut y aller ») d'anthologie. L'arbitre ouzbek Ravshan Irmatov venait tout juste de donner le coup d'envoi de ce match, que les travées ne désemplissaient pas. A l'instar d'un match de baseball dans une arène américaine, les spectateurs vont et viennent, circulent en permanence, le bec en friche, chips dans la main gauche, bière dans la main droite. La mise à mort a sonné au bout de 5 minutes. Des gestes du bras « vuvuzelés » d'arrière en avant. Impressionnant. Carlos Alberto Parreira, le sélectionneur des Bafana Bafana, avait parlé de « guerre » pour évoquer le premier match. Il avait vu juste.

Mphela manque la balle de match

Les Mexicains sont aux abois, sur le terrain comme en tribune. La fin de la première mi-temps s'achève sur une « Ola » poussive et quatre corners de rang pour les Sud-Africains. Les décibels atteignent un nouveau pic lorsque Siphiwe Tshabalala nettoie la lucarne gauche de Perez de son coup du pied gauche (55e, 1-0). « Terremoto » à Soccer City. Aguirre se prend la tête, les Bafana Bafana dansent au poteau de corner. Un pays vacille dans l'euphorie.
L'égalisation mexicaine, signée Rafael Marquez à dix minutes de la fin, n'y change rien. Au contraire. L'ambiance « Vuvuzela-nid d'abeilles » reprend de plus belle. Poussé par tout un peuple, Katlego Mphela file sur son aile gauche. Le stade s'arrête de respirer. Silence. La frappe du gauche du joueur des Mamelodi Sundowns échoue sur le poteau droit de Perez. On joue la 90e minute… Rideau. L'Afrique du Sud ramène un point de ce premier match mais décroche les trois points de la victoire dans les gradins. Par KO !

Christophe Couvrat à Johannesburg