RMC Sport

L’effet Didier Drogba, ce joker de luxe

Didier Drogba

Didier Drogba - -

L’entrée en jeu de Didier Drogba a eu un réel impact sur la remontée de la Côte d’Ivoire contre le Japon (2-1). Avant d’affronter la Colombie ce jeudi (18h), le sélectionneur Sabri Lamouchi peut compter sur un leader capable de changer le cours d’un match.

Drogba remplaçant, et boudeur à l’échauffement en plus ? Cette scène, frappante, était peut-être trompeuse. L’attaquant ivoirien, qui vient de quitter Galatasaray, entre sur le terrain à l’heure de jeu, en lieu et place de Geoffrey Serey Dié. Et cinq minutes plus tard, les Eléphants mènent au score. Wilfired Bony et Gervinho donnent la victoire aux Africains, sur deux centres de Serge Aurier. Si le Toulousain aurait dû être le héros du match, c’est bien l’ancien attaquant de Chelsea qui lui vole la vedette. Et tout ça, sans toucher le ballon sur les deux buts. L’étoffe des plus grands.

« Avoir un joueur comme Didier Drogba dans son équipe, titulaire ou remplaçant, ça change un match, analyse Sabri Lamouchi. Son entrée a changé la donne, ne serait-ce que par sa présence. Il mobilise deux ou trois joueurs et l’équipe se crée des situations favorables. » Avoir un joueur d’un tel calibre et s’en passer, le risque est immense, sportivement et humainement. « Je suis le sélectionneur de la Côte d'Ivoire, pas l'entraîneur de Drogba, précise le sélectionneur ivoirien. Ma chance, c'est d'avoir ces joueurs. Didier était sûrement frustré mais quand on voit sa joie sur les buts et son investissement à son entrée, personne ne peut douter du grand champion qu'il est. Avec un compétiteur comme lui, c'est plus facile. »

Briller enfin en Coupe du monde

Joker de luxe, un rôle qui semble convenir à merveille à l’ancien joueur de l’OM (2003-2004). Lui qui mené l’attaque de Chelsea pendant huit ans (2004-2012), remportant même la Ligue des champions avant de partir en Chine. « J'étais déçu, bien sûr, avoue-t-il. Qui n'aimerait pas débuter un match de Coupe du monde ? Mais je dois le respect à ceux qui ont commencé le match. »

Un leader, un exemple, une star. Didier Drogba incarne tout ça à la fois au pays. Mais il a surtout vu sa sélection échouer lors du premier tour des deux dernières phases finales (2006, 2010) et n’a jamais remporté une Coupe d’Afrique des Nations avec la Côte d’Ivoire, malgré deux échecs en finale (2006 et 2012). Pour une fois, la génération des Drogba, Boka, Zokora et des frères Kolo et Yaya Touré dispose d’une poule abordable (Colombie, Grèce, Japon) en Coupe du monde. Bien moins relevée qu’en 2006 (Argentine, Pays-Bas) et en 2010 (Brésil, Portugal). Mais de là à en faire un favori pour la victoire finale… La CAN de 2015 au Maroc pourrait d’ailleurs être la dernière occasion pour la star ivoirienne de garnir son palmarès en sélection. A moins qu’il ne tire sa révérence au Brésil.

La rédaction