RMC Sport

Leboeuf : « Les Belges ne vont pas faire rire grand monde »

Frank Leboeuf

Frank Leboeuf - -

Touché par l’annonce de la retraite de Juninho, auquel il a rendu hommage dans Luis Attaque, Frank Leboeuf a également évoqué le statut d’outsider de la Belgique à la prochaine Coupe du monde, qu’il voit aller loin à Rio en juin prochain…

Hazard, Fellaini, Courtois, Lukaku, Benteke, Kompany. La Belgique ne manque pas de talents et donc d’atouts pour espérer tirer son épingle du jeu lors de la Coupe du monde au Brésil. Pour Frank Leboeuf, membre de la Dream Team RMC Sport, il faudra compter avec les Diables Rouges. « La Belgique, j’en fais un de mes outsiders. Il y a du talent et puis dans ce groupe, tout le monde a envie de se battre pour les autres. Il y a vraiment quelque chose de positif et de possible avec cette équipe. Ce n’est pas une blague, ça va être du sérieux et les Belges ne vont pas faire rire grand monde. Je mets une petite piécette sur eux. »

Comme sur l’Argentine, qui fait office de grand favori et qui plait beaucoup à Frank Leboeuf. A condition de trouver un équilibre défensif derrière Lionel Messi. « Derrière le Brésil, mon favori est l’Argentine. Il y aura une question de fierté. Elle a un potentiel pour gagner. Après derrière, c’est un peu juste. Et puis s’il n’y a pas Messi… C’est difficile. Il faut surtout, défensivement, compenser ce qu’il ne va jamais faire. Au Barça, il y a Xavi et Busquets. Je ne suis pas sûr qu’en Argentine, il y ait le même potentiel. Et c’est là où est le problème. L’équipe, on va la faire autour de Messi. Il est l’emblème de l’Argentine, comme l’était Maradona auparavant. On a quand même eu des attaquants qui ont fonctionné avec Maradona, même si le résultat était moins probant qu’en 1986. »

« Envie d'avoir le maillot de Juni »

Franck Leboeuf n’a pas manqué non plus de saluer la retraite sportive de Juninho, également membre de la Dream Team RMC Sport, mais surtout un joueur qu’il a beaucoup admiré. « Juninho reste un exemple pour tous les joueurs. Les Gones lui sont redevables à jamais. Il a tellement apporté à l’Olympique Lyonnais et au Brésil. D’ailleurs, il faudra surveiller qu’il n’y ait pas de suicides là-bas, que des gens ne se jettent pas par les fenêtres. (Rires) On est heureux et fier de ce qu’il a fait et de ce qu’il a apporté au football. Je n’ai pas gardé beaucoup de maillots de football : j’ai celui du 12 juillet 1998, du championnat d’Europe 2000, d’un match à Wembley avec l’équipe de France. J’ai ceux de Zidane, Deschamps, Desailly, Petit, Rivaldo… J’ai juste envie d’avoir un autre maillot, celui de Juni avec Vasco de Gama. »

A lire aussi :

>> EN IMAGES : 50 % de chances pour Falcao ?

>> EN IMAGES : ces stars qui ont manqué une Coupe du monde

>> Falcao s'accroche à son rêve

La rédaction