RMC Sport

Les Bleues doivent capitaliser

Quel avenir pour les Bleues ?

Quel avenir pour les Bleues ? - -

Les performances de l’équipe de France à la Coupe du monde ont placé le football féminin sur le devant de la scène et attiré les spectateurs. Enthousiasme éphémère ou réelle avancée pour la discipline ? Que peut-on désormais attendre du foot féminin en France, à un an des JO de Londres ?

Pour la première fois, les Français se sont émus pour des femmes qui jouent au football. La deuxième participation de l’équipe de France féminine à une Coupe du monde, ponctuée par une défaite plus qu’honorable en demi-finale et une éventuelle troisième place (qui se jouera face à la Suède samedi prochain) a généré un engouement inattendu de la part du public et des médias. Des stades remplis en Allemagne, des pics d’audience pour les matchs face à l’Angleterre et aux Etats-Unis (3 millions de téléspectateurs français ont suivi la demi-finale des Bleues, un record pour la TNT), de nombreuses unes dans la presse.... les joueuses de Bruno Bini n’avaient que peu de choses à envier à leurs homologues masculins en terme de popularité.

Mais qu’en sera-t-il de cet enthousiasme une fois le Mondial terminé ? On pense alors au syndrome touchant le handball : les exploits des Experts peuvent en effet déplacer les foules sur les Champs-Elysées mais entre deux grandes compétitions, la discipline peine à faire recette. Pour profiter de l’impulsion donnée par cette Coupe du monde, certains moyens commencent donc à se mettre en place. Lundi, la FFF a lancé un appel d’offre concernant la vente des droits télévisés de la première division féminine pour les saisons 2011 à 2014. Une initiative qui pourrait enfin permettre aux amateurs de ballon rond « version cheveux longs et jambes épilées » d’en profiter devant leur écran. Par ailleurs, Noël Le Graët a annoncé ce mercredi d’autres initiatives pour promouvoir ce sport. « Les jeunes filles qui jouent, aujourd'hui, à dix ans, arrêtent parce qu'elles n'ont pas de club. J’ai commencé à discuter avec le football professionnel pour que chaque club imagine dans les trois ans à venir à animer une section féminine », a expliqué le nouveau président de la Fédération.

Prochain rendez-vous avec Londres 2012

Un comité devrait également être mis en place afin de veiller au développement du football féminin, qui possède dans les Jeux Olympiques de Londres (pour lesquels les Bleues sont d’ores et déjà qualifiées) un nouveau tremplin d’envergure. Des démarches influencées par cet engouement récent ainsi que par les bons résultats de l’Olympique Lyonnais, récent vainqueur de la Ligue des champions. Le club rhodanien est jusqu’à présent le seul à disposer d’une section féminine où les joueuses profitent d’un statut professionnel. Jusqu’alors précaire, la situation du football féminin dans l’Hexagone pourrait évoluer. De là à espérer un raz de-marée populaire post-France 1998, il y a encore de la marge.

Pariez sur la Coupe du Monde féminine !