RMC Sport

Les Bleus sont en Afrique du Sud

-

- - -

C’est à 5h55 ce samedi matin, soit près de 20 minutes d’avance sur l’horaire prévu, que l’équipe de France a posé le pied sur le sol sud-africain, lieu de la XIXe Coupe du monde (11 juin-11 juillet). Ce sont de toutes petites mines que l'on a vu descendre de l'avion, au lendemain d’une défaite contre la Chine (0-1) lors du dernier match de préparation des Bleus. Après les responsables de la sécurité et quelques membres du staff, le sélectionneur Raymond Domenech, les traits tirés mais souriant, a précédé ses joueurs, accueillis par des responsables locaux. Visages fatigues et regards sombres, ces derniers ont traversé le hall de l'aéroport de George où les attendaient une grosse centaine de personnes vêtues de t-shirts aux couleurs de la France, certains arborant même de perruques bleu-blanc-rouge ou soufflant dans les fameuses vuvuzelas (trompettes de supporters locales très bruyantes, ndlr).

Un orchestre de cuivres jouait à l'extérieur. Thierry Henry et Franck Ribéry ont été les deux joueurs les plus acclamés. Les Français se sont ensuite rapidement engouffrés dans leur bus officiel, siglé de la devise « Tous ensemble vers un nouveau rêve bleu ». Assis à l'arrière du bus, on pouvait apercevoir Djibril Cissé et Thierry Henry, casque sur les oreilles, en train de se frotter le front de fatigue. L'attaquant barcelonais a tout de même fait un petit geste de la main aux enfants qui l'ovationnaient dehors.

Le bus a quitté l'aéroport vers 6h15, ralliant une heure plus tard le luxueux Pezula Resort Hotel de Knysna, camp de base des Bleus pour la compétition. Comme la municipalité et les églises l’y avaient incitée, la population locale était présente le long du parcours, en compagnie de supporters de l’équipe de France vivant dans la région. Applaudissements, chants, danses et vuvuzelas étaient à nouveau au rendez-vous. Un gros dispositif de sécurité avait par ailleurs était en mis en place. Plusieurs barrages étaient ainsi dressés sur le chemin et il était impossible ce samedi matin de s’approcher de l’hôtel des Bleus sans accréditation.

JR