RMC Sport

Les Lions se sont tus

Samuel Eto'o

Samuel Eto'o - -

Eliminé de la Coupe du monde après sa deuxième défaite en deux matches contre le Danemark (2-1), le Cameroun s’est réveillé avec la gueule de bois.

« Ce n’est pas moi qui en veux à Paul Le Guen, c’est le Cameroun tout entier ! » Au lendemain de l’élimination du Cameroun en Coupe du monde, Roger Milla ne décolère pas. Pour l’ancienne gloire des Lions Indomptables, le sélectionneur français est l’un des grands responsables du fiasco camerounais en Afrique du Sud : « Il a insulté tout le monde ici, il s’est pris pour un Dieu, s’est emporté l’ancien buteur. Pour moi, Paul Le Guen ne doit plus entrainer dans aucun pays. »
Samedi, après la défaite face au Danemark (2-1), l’ancien coach du PSG avait été catégorique : « Je ne démissionnerai pas. Je suis triste pour le peuple camerounais. On a essayé de faire le maximum mais j'assume tout. J'ai essayé de bâtir un groupe avec des jeunes et des anciens. On peut critiquer car le résultat n'est pas là, mais j'ai essayé de trouver de l'harmonie. » Raté.

Le silence des joueurs

Croisé dans le hall de leur hôtel, Iya Mohammed, le président de la Fédération camerounaise, s’est refusé à tout commentaire, expliquant qu’il était « encore trop tôt, que le goût de la déception est encore trop chaud pour s’exprimer. » Mais le dirigeant camerounais ne pouvait pas masquer son immense déception, lui qui rappelait ces derniers jours qu’il se devait de protéger Le Guen…
Et les joueurs dans tout ça ? Ils ont donc rejoint leur hôtel, le Oyster Box, littéralement la « bourriche d’huître ». Et comme le mollusque, les Camerounais étaient fermés. « C’est la plus grosse désillusion de ma carrière », avait déclaré Samuel Eto’o samedi soir après l’élimination de son équipe. Comme tous ses partenaires, la star de l’Inter s’est refusée à tout commentaire. Mais il s’est néanmoins prêté au jeu des photos demandées par les clients de l’hôtel. Avec le sourire.
Alors qu’il reste un dernier match à disputer jeudi contre les Pays-Bas au Cap, l’heure n’était pas au règlement de comptes à Umhlanga, ville où réside le Cameroun. Umhlanga, qui signifie en zoulou « lieu où pousse les roseaux. » Les roseaux camerounais ont non seulement plié, mais ils ont déjà rompu dans cette Coupe du monde.

AB et RM