RMC Sport

Les Pays-Bas tiennent leur finale

Robben et Kuyt

Robben et Kuyt - -

Longtemps à la peine, les Pays-Bas sont finalement venus à bout de valeureux Uruguayens (3-2) mercredi soir au Cap et joueront la finale contre l’Espagne ou l’Allemagne. Pour la première fois de l’histoire, un pays européen gagnera la Coupe du monde loin du Vieux Continent.

L’Uruguay aura quoi qu’il arrive droit à son retour triomphal au pays. Battus en demi-finale par les Pays-Bas (3-2) et malgré une fin de match complètement folle, les Sud-Américains voient leur aventure s’arrêter. Non sans avoir malmené les Néerlandais. Du côté de la Celeste, on attendait d’ailleurs cette rencontre avec impatience. Tout simplement parce qu’il s’agissait de la première demi-finale depuis 1970, perdue contre la RFA (1-0). Le double champion du monde (1930 et 1950) a traversé depuis une rude traversée du désert.

Le rêve a longtemps été permis dans les rangs sud-américains. Tout simplement parce que l’Uruguay est mieux entré dans la partie que des Néerlandais visiblement tendus. Il faut une tentative de Dirk Kuyt au dessus (4e) pour sortir les Bataves de leur torpeur. La suite est somptueuse. De son aile gauche et de 35 mètres, Giovanni van Bronckhorst décroche une frappe magnifique qui touche le poteau de Fernando Muslera avant de finir sa route en lucarne (19e).

Vainqueurs de leurs cinq premières rencontres en Coupe du monde, les Néerlandais semblent avoir fait le plus dur. Mais sans doute inconsciemment, les hommes de Bert van Marwijk reculent et cèdent à cinq minutes de la mi-temps sur une superbe frappe flottante de Diego Forlan (41e) qui trompe Maarten Stekelenburg, sans doute masqué au départ du ballon par Demy De Zeeuw, et qui inscrit son quatrième but.

Et les « quatre Fantastiques » se réveillèrent…

Capitaine et leader emblématique de cette équipe uruguayenne, Diego Forlan remet les siens sur le droit chemin au meilleur moment. Il en profite pour venger son père, Pablo, défenseur lors des Coupes du monde 1966 et 1974 et aligné lors de la seule rencontre entre les deux formations dans un Mondial pour une victoire des Pays-Bas en 1974 (2-0). Contrarié par le scénario, van Marwijk revoit ses plans et décide de sortir De Zeeuw pour le remplacer par Rafael Van der Vaart. Van der Vaart, Robben, van Persie et Sneijder… Les « quatre Fantastiques » sont alignés pour la première fois dans cette Coupe du monde.

La suite ne va pas rassurer le camp néerlandais. D’abord parce que sur une très mauvaise passe de Boulahrouz en retrait, Edinson Cavani est à deux doigts de profiter du cadeau (51e). Ensuite parce que le coup-franc de Forlan est difficilement dégagé par Stekelenburg (67e). Jusqu’à présent à la peine, les armes offensives se réveillent enfin. Wesley Sneijder (70e) d’une frappe rasante et effleurée par van der Vaart (sans doute légèrement hors-jeu) et Arjen Robben, de la tête et parfaitement servi par Kuyt, trompent tour à tour Muslera. Les Pays-Bas inscrivent leurs dixième et onzième buts dans cette Coupe du monde.

Pour la troisième fois de leur histoire et après des défaites à chaque fois contre le pays organisateur – en 1974 en Allemagne et en 1978 en Argentine -, les Pays-Bas se qualifient pour une finale de Coupe du monde. Quant à l’Uruguay, il s’incline pour la quatorzième fois de rang contre une équipe européenne en Coupe du monde, malgré le but de l’espoir de Maximiliano Pereira à la 92e minute. L’Uruguay jouera la petite finale le 10 juillet à Port-Elizabeth. Pas de quoi refroidir le gouvernement qui a déjà annoncé vouloir organiser une grande caravane à partir de l'aéroport de Montevideo en l’honneur de ses héros à leur retour d’Afrique du Sud. Peut-être seront-ils montés sur le podium d’une compétition à laquelle ils ont fait honneur, particulièrement ce mardi et malgré des absences lourdes à suppléer. Chapeau, la Celeste ! Et voguent les Bataves...