RMC Sport

Maradona : « On ne se qualifie pas en jouant contre les Féroé »

Diego Maradona

Diego Maradona - -

Alors que le premier tour du Mondial sud-africain prend fin ce vendredi soir, et que l'on connaitra les seize équipes des huitièmes de finale, l'heure est aux premiers bilans. Sur les sept participants des confédérations d’Amérique du Sud (CONMEBOL) et d’Amérique du Nord, centrale et caraïbe (CONCACAF), cinq ont déjà gagné leur billet pour le prochain tour. Et le Chili qui joue ce soir contre l’Espagne (20h30, gr. H) pourrait porter ce total à six, seul le Honduras étant passé à la trappe. Ce bon résultat du football américain embarrasse l’Europe qui n’a plus que sept représentants sur les treize de départ, alors que la Suisse, en lice ce soir, est en ballotage défavorable. A quoi doit-on cette réussite ? Pour le sélectionneur argentin, Diego Maradona, le niveau relevé des éliminatoires est une explication : « Nous, nous ne jouons pas contre des équipes comme les Iles Féroé. L’Amérique du sud a envoyé ici des équipes à la hauteur de l’événement et qui sont disposées à tout donner sur le terrain ».
En Amérique du Sud, le tournoi de qualification est un championnat réunissant dix équipes. Il faut sortir dans les quatre premiers du classement (le cinquième dispute un barrage contre le quatrième de la zone CONCACAF) après avoir disputé pas moins de dix-huit rencontres, contre dix en moyenne pour chaque qualifié de la zone Europe. Et les grandes nations latino-américaines sont obligées de s'affronter, ce qui n'est pas le cas des cadors européens répartis dans leurs groupes selon un système de tête de série. Arriver à la Coupe du monde après avoir dû affronter l'Argentine, le Brésil, le Paraguay ou le Chili, comme c'est le cas de l'Uruguay, est sans doute la meilleure préparation pour une épreuve aussi exigeante que la Coupe du monde.

L.B. à Johannesburg