RMC Sport

Mondial : Des Suisses sans complexe

Ottmar Hitzfeld et ses joueurs

Ottmar Hitzfeld et ses joueurs - -

Huitième nation mondiale et tête de série de la poule E de la Coupe du monde 2014, qu’elle partagera avec la France, l’Equateur et le Honduras, la Suisse laisse volontiers le statut de favori aux Bleus. Pour mieux les surprendre ?

En apprenant vendredi qu’ils affronteraient la Suisse, l’Equateur et le Honduras au premier tour de la Coupe du monde 2014, les joueurs de l’équipe de France ont à peine dissimulé leur joie. Pourtant, ce sont bien les Suisses qui auront le statut de tête de série du groupe E au Brésil. Et la tâche ne s’annonce pas des plus faciles, le 20 juin prochain à Salvador. Car même s’ils n’ont pas concédé de défaite face à leur voisin helvétique depuis 1992, les Bleus restent sur trois matches nuls d’affilée. Et lors de leur unique affrontement en Coupe du monde, en 2006, la France avait concédé un score de parité (0-0) sur la route qui l’avait conduite jusqu’en finale.

« C’est vrai qu’on est la petite Suisse et que chaque match sera très difficile pour nous, mais tout est possible, estime Fabian Frei, milieu de terrain de Bâle et de l’équipe nationale. Le but, c’est au moins la deuxième place pour se qualifier et je crois qu’on n’a pas vraiment de pression. » Huitième nation au classement FIFA, la Suisse n’a d’ailleurs pas tremblé pour se qualifier, ne concédant aucun revers en dix rencontres (sept victoires et trois nuls). Mieux, les joueurs d’Ottmar Hitzfeld se sont payé le luxe de battre le Brésil en match amical, en août dernier (1-0).

F. Frei : « On n'a peur de personne »

Pour Stéphane Grichting, international suisse entre 2004 et 2011, l’équipe est sur une belle dynamique. « Certes, ils ont eu un groupe de qualification assez faible, ce qui a permis d’accumuler beaucoup de points FIFA pour être à la huitième place, admet le défenseur central du Grasshopper de Zurich, qui a passé dix ans sous le maillot de l’AJ Auxerre (2002-2012). Mais il y a une belle progression et parce que ce sont vraiment des bons joueurs qui jouent maintenant dans des bons clubs. » L’atout majeur de cette équipe suisse, c’est sans doute sa défense de fer, avec six petits buts encaissés en dix matches. Ajoutez à cela la star Xherdan Shaqiri, 22 ans seulement mais international depuis déjà trois ans et joueur prometteur du Bayern Munich. Le milieu offensif en est ainsi à 8 buts en 30 sélections.

« Quand on joue contre la France, on se dit toujours que c’est le géant, reconnait Georges Hietz, directeur sportif du FC Bâle. Mais en ce moment, la Suisse à une équipe talentueuse et un sélectionneur très expérimenté. » Ottmar Hitzfeld (64 ans) est en effet l’un des quatre entraineurs à avoir remporté la Ligue des champions avec deux clubs différents (le Borussia Dortmund en 1997 et le Bayern Munich en 2001) et compte sept championnats d’Allemagne à son palmarès. « On n’a peur de personne, insiste Fabian Frei. C’est clair qu’on n’est pas vraiment favori mais c’est une bonne situation. On n’a rien à perdre. » Pour rappel, lors de la Coupe du monde 2010, les Suisses avaient créé l’exploit en phase de poules face à l’Espagne (1-0), future championne. Un tout autre souvenir que celui laissé par l’équipe de France en Afrique du Sud…

A lire aussi :

>> Di Meco : « Le plus beau tirage qu’on puisse avoir ! »

>> Mondial 2014 : La France, une chance au tirage

>> Valbuena : « La poule la plus accessible »

A.Bo avec E.J