RMC Sport

Moscato : « Les joueurs sont flattés en permanence »

Vincent Moscato

Vincent Moscato - -

La Suisse, l’Equateur et le Honduras seront les adversaires du groupe de la France lors du Mondial 2014. Si beaucoup se réjouissent de ce tirage, notre consultant Vincent Moscato regrette que les Bleus ne soient pas tombés sur une poule plus coriace.

A croire que Didier Deschamps est né sous une bonne étoile. Et, par chance, c’est désormais l’équipe de France qui en profite. Vendredi, lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2014, les Bleus ont hérité d’un groupe plus que favorable avec la Suisse, l’Equateur et le Honduras. Vincent Moscato, membre de la Dream Team RMC Sport, aurait lui préféré une poule plus relevée pour prendre conscience de l’ampleur de la compétition. « Ce n’est pas un tirage piège. Je n’irai pas jusque-là. Mais quand je vois que nos joueurs ont du mal à se qualifier dans une poule avec la Biélorussie, la Géorgie et l’Ukraine…

Les types sont flattés en permanence. On a du mal à les préparer, à les mettre en condition, à les motiver pour une qualification de Coupe du monde. Alors imagine quand ils vont jouer le Honduras… Ils vont forcément les prendre de haut, a-t-il poursuit lors du Moscato Show. C’est parce qu’ils sont flattés dans leurs clubs. L’un joue au Real Madrid, l’autre au Bayern Munich, ils évoluent dans les plus grands clubs européens. Tous les jours, c’est le carnaval pour eux. Ils jouent devant plus de 70 000 personnes. Ils auraient dû tomber sur des grosses équipes, de la grosse pêche comme le Brésil ou l’Italie pour les préparer à cette grande compétition. Quel est ton niveau quand tu sors de cette poule ? C’est cela qui m’inquiète. »

« On se contente d'équipes modestes »

A trop se satisfaire de tomber sur des nations a priori inférieures, Moscato estime que le statut de favori pourrait desservir les Bleus, sans doute un peu trop confiants : « Celui qui a peur est un peureux. On est dans un monde de petits, on se contente d’équipes modestes comme le Honduras. Et, en plus, on est capable d’être mauvais. Ça aurait été une décharge électrique, une grande peur de se retrouver face au moins un gros ou deux. Cela nous aurait lancé à fond dans la compétition. C’est en ayant peur que tu peux faire de grands matches et lancer ta Coupe du monde. Parce qu’avec un groupe comme ça, ta Coupe du monde n’est jamais lancée ! Là, ils vont se qualifier facilement et se retrouver en huitièmes de finale, où ils peuvent encore tomber face à une équipe modeste. Deschamps est tellement chanceux qu’il peut se retrouver en finale avec l’Andorre. »

Lire aussi : 

>> Ballon d'Or - Ribéry, Ronaldo et Messi en finale

>> Mondial : Des Suisses sans complexe

>> Mondial 2014 : La France, une chance au tirage 

Vincent Moscato