RMC Sport

Pays de Galles-Angleterre: pourquoi les fans gallois portent-ils un bob?

Pays de Galles-Iran : les supporters gallois avec leurs bobs

Pays de Galles-Iran : les supporters gallois avec leurs bobs - AFP

Présents en nombre dans les tribunes des stades qataris lors de la Coupe du monde au Qatar, les supporters du pays de Galles se distinguent par leur bob rouge, vert et jaune. Un couvre-chef qui accompagne l’équipe de Gareth Bale depuis plusieurs années au grand étonnement de son créateur. Explications avant le choc face à l’Angleterre mardi à Al-Rayyan (20h).

Tim Williams doit probablement toujours se pincer lorsqu’il regarde jouer le pays de Galles à la Coupe du monde. Au Qatar, loin de son pays, des milliers de compatriotes investissent les tribunes des stades qataris avec un bob. Son bob. Ce sera encore le cas ce mardi soir au stade Ahmed-Ben Ali, pour l’énorme choc du groupe B face à l’Angleterre. Une place en 8eme est en jeu.

Il y a dix ans, lorsqu’il lance sa marque, "Spirit of 58" (année de la 1ere participation du pays de Galles en Coupe du monde), Tim Williams, humble supporter des Dragons au pays du rugby, ne s’imagine pas un seul instant qu’un de ses articles, le fameux bob rouge, vert et jaune, va devenir l’accessoire absolument indispensable pour tout fan qui désire soutenir Gareth Bale&co dans les stades de football. "Le succès m’a un peu surpris, reconnait-il à la BBC. C’est juste amusant, ça apporte beaucoup de couleur."

Pays de Galles-Iran : les supporters gallois avec leurs bobs
Pays de Galles-Iran : les supporters gallois avec leurs bobs © AFP

Un bob inspiré par... un batteur de rock

En 2010, Tim Williams revient d’un déplacement au Monténégro où il a soutenu la sélection galloise lorsqu’il décide de se lancer. La raison ? Il a en sa possession 100 t-shirts qu'il ne sait pas comment vendre. Le modèle se base sur une tenue portée par le pays de Galles lors d’une large victoire face l’Angleterre (tiens, tiens…) en 1980. Surprise, les t-shirts s’arrachent comme des petits pains. Sa marque est pourtant inconnue. Williams réalise qu’il y a un marché à prendre. Lancé dans le merchandising sportif, il confectionne un bob tricolore inspiré par Reni, le batteur du groupe de rock de Manchester, The Stones Roses, dont il est un immense fan. "J’ai tenté ma chance avec un bob et heureusement pour moi, ça a marché."

L'explosion à l'Euro 2016 en France

Dans les faits, ça ne marche pas. Ça cartonne. Si Tim Williams est proche de tout plaquer en 2014 après le décès de son père, le succès de "Spirit of 58", boosté par son bob, est impressionnant. Match après match, les répliques se multiplient dans le "mur rouge". Coup de chance, le pays de Galles gagne en popularité dans les années 2010 grâce à sa star, Gareth Bale. A l’Euro 2016, Tim Williams n’en croit pas ses yeux lorsqu’il voit ses bobs portés sur des centaines de cranes de fans gallois dans les rues de Bordeaux avant le premier match face à la Slovaquie. Lors de ce championnat d’Europe, le pays de Galles signe une magnifique épopée jusqu’en demi-finale. Les ventes explosent.

Il n'y a pas d'âge pour porter le bob du pays de Galles
Il n'y a pas d'âge pour porter le bob du pays de Galles © ICON Sport

En six ans, le bob tricolore est devenu totalement incontournable. Un symbole même s’il peut parfois être la cause de quelques ennuis. Au Qatar, lors du premier match face aux Etats-Unis, des fans LGBT ont été obligés de retirer une réplique aux couleurs arc-en-ciel avant d’entrer dans le stade Al-Rayyan. Une interdiction fâcheuse qui dépasse désormais complètement Tim Williams.

Présent dans l’émirat pour le Mondial, le Gallois se dit "fier de voir tous ces bobs colorés" dans les stades. Et reconnait qu’il lui est difficile de ne pas y faire attention même si la grande majorité des couvre-chefs ne vient plus de son magasin. Mais le supporter reprend toujours le dessus sur l’entrepreneur. "Je suis trop stressé quand je regarde jouer le pays de Galles", dit-il. Un stress qui ne devrait pas disparaître ce mardi soir face aux Anglais…

Aurélien Brossier Journaliste RMC Sport