RMC Sport

Pourquoi Stephen Keshi a été « un maître » pour Frank Leboeuf

Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria

Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria - -

Frank Leboeuf a connu Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria, à Strasbourg (91-93). Avant le 8e de finale entre Bleus et Super Eagles, il nous présente l’homme qui va tenter d’éliminer l’équipe de France.

Frank Leboeuf, quel souvenir gardez-vous de Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria, qui a été votre coéquipier à Strasbourg (1991-1993) ?

Il a été l’auteur d’un but extraordinaire qui a marqué l’histoire du Racing Club de Strasbourg. A 1-1 contre Rennes, lors du match de la montée (barrages d’accession en D1 en 1992, ndlr), il déclenche une frappe de 35 mètres extraordinaire qui libère 35 000 personnes. C’était une ambiance de folie. Il avait été l’homme décisif au bon moment. Dans la vie privée, c’est quelqu’un de très gentil, très calme, adorable.

Son surnom, c'était « le big boss »...

Il avait cette qualité d’être un père pour tout le monde, un directeur de jeu. J’étais jeune, j’ai connu la D2 et la D1 avec lui. C’était un modèle. Il n’était certainement pas le plus rapide des défenseurs, mais il compensait avec beaucoup d’intelligence de jeu et une bonne technique. Il a été un maître pour tout le monde.

Il a gagné la CAN avec le Nigeria en tant que joueur puis entraîneur. Est-il la principale force de cette équipe ?

Il a une aura. Il plaît aux joueurs, qui le suivent. J’ai aussi joué avec le capitaine, Joseph Yobo (à l’OM, ndlr), qui est très discipliné. S’ils jouent tous à l’unisson, ils sont capables de déplacer des montagnes. C’est pour ça qu’il faut énormément respecter cette équipe. Stephen a qualifié le Nigeria pour les 8es de finale. C’est le dernier pays africain en lice, donc on peut le féliciter pour ça. Il ne fait pas peur, parce que quand on est sportif et compétiteur, on n’a pas peur. Mais il est respecté par toutes les autres équipes. Je pense que Didier Deschamps ne va surtout pas prendre Stephen Keshi et le Nigeria par-dessus la jambe.

Stephen Keshi a-t-il quelque chose à envier aux meilleurs sélectionneurs ?

Les entraîneurs, s’ils n’ont pas de joueurs de qualité, ils n’arrivent pas à grand-chose. On peut sauver les apparences, mais à un moment, la vérité apparaît. Je crois qu’il fait du mieux qu’il peut. Il a des joueurs de qualité. Comme il a pas mal joué en Europe, il essaye de faire en sorte que ses joueurs suivent une certaine idée tactique. Ce qui n’est pas facile tout le temps, parce qu’ils sont surtout portés vers l’attaque et oublient quelquefois des principes défensifs de base.

Frank Leboeuf