RMC Sport

Riolo : « Le Brésil trébuche sur Ochoa »

-

- - -

Retour sur le match nul du Brésil face au Mexique (0-0) et sur la victoire de la Belgique devant l’Algérie (2-1).

Deuxième sortie pour le Brésil, son hymne, son public, ses nouvelles coupes de cheveux, sa mission. Hulk absent, Felipao met Ramires à sa place. C’est pas franchement séduisant. D’ailleurs ce Brésil ne l’est pas. Avec ses milieux défensifs, il ressemble au Brésil 94. Comme face à la Croatie, le Brésil pousse et affiche une envie énorme. Il essaye, mais c’est pas très brillant. On sent moins de stress aussi dans l’équipe. Le Mexique ne peut rien faire d’autre que défendre. Le pressing brésilien est efficace. C’est une sorte de gagne terrain. Une poussée par vagues pour user l’adversaire. Mais même avec peu, le Mexique parvient parfois à semer le trouble. Le Brésil débute la seconde période avec un visage a priori différent. Bernard remplace Ramires. Depuis le début de ce Mondial, ça semble être tendance, on change tôt. On a plusieurs options, mais on n’attend pas pour les mettre en place. L’Argentine l’a fait, la Belgique face à l’Algérie. Le Brésil dans le premier match. Des changements qui changent vraiment le profil d’une équipe. Du vrai coaching en somme. Mais dans cette seconde période, c’est le Mexique qui est le plus à l’aise. Les transmissions sont bonnes, la conservation du ballon aussi. Le bloc équipe est plus haut. Et au final, le Brésil peine à créer le danger. Il doit même souffrir sur les frappes des Mexicains. C’est même fou ce qu’ils osent comme tirs de loin ! Sans espace, le Brésil a vraiment du mal. Ça manque de mouvement, de précision. Il n’y a que Neymar pour éclairer le jeu. Les Fred, Jo, Bernard, c’est gentil, mais pour une équipe qui vise le titre, c’est pas assez… Le Brésil qui ne gagne pas, c’est déjà un événement. On disait après le premier match qu’on attend plus de cette équipe. On peut continuer à le dire. Bon en même temps, le Brésil ne tombera pas à chaque match sur un Ochoa aussi dingue ! Ochoa sauveur d’un Mexique vraiment intéressant. Techniquement, collectivement, cette sélection a livré un très bon match… Plus tôt, on a assisté à un très peu intéressant Algérie-Belgique. Les Belges sont arrivés à cette Coupe du monde dans un statut d’outsider, ou en tout cas d’équipe à suivre. Elle est tombée d’entrée sur un adversaire coriace. Avec une tactique d’un autre temps, l’Algérie de l’austère Halilhodzic a failli réussir son hold-up. En sortant une fois, l’Algérie a obtenu un péno. Quand on décide de jouer le 0-0 avec un bus devant la surface, c’est un scenario de rêve. Face à ce bloc, la Belgique n’a pas été très brillante. Trop lente, peu inventive, la sélection de Wilmots a longtemps laissé penser qu’elle ne se sortirait pas du piège. Heureusement, en seconde période, le match a tourné. Je dis heureusement parce que je préfère toujours les équipes qui jouent, qui tentent. Depuis le début de ce Mondial, tous ceux qui pratiquent un foot positif sont récompensés. La défense des Algériens n’a pas tenu et en modifiant sa compo, la Belgique a logiquement trouvé la faille. Il y a pas mal de talent dans cette équipe Belge, mais il faudra vraiment qu’elle soit plus incisive pour réussir son Mondial. L’Algérie, elle, est partie pour faire un petit tour et rentrer à la maison. Elle pourra alors dire merci et surtout adieu au sinistre "coach Vahid". Deuxième sortie pour le Brésil, son hymne, son public, ses nouvelles coupes de cheveux, sa mission. Hulk absent, Felipao met Ramires à sa place. C’est pas franchement séduisant. D’ailleurs ce Brésil ne l’est pas. Avec ses milieux défensifs, il ressemble au Brésil 94.

Comme face à la Croatie, le Brésil pousse et affiche une envie énorme. Il essaye, mais c’est pas très brillant. On sent moins de stress aussi dans l’équipe.

Le Mexique ne peut rien faire d’autre que défendre. Le pressing brésilien est efficace. C’est une sorte de gagne terrain. Une poussée par vagues pour user l’adversaire. Mais même avec peu, le Mexique parvient parfois à semer le trouble.

Le Brésil débute la seconde période avec un visage a priori différent. Bernard remplace Ramires. Depuis le début de ce Mondial, ça semble être tendance, on change tôt. On a plusieurs options, mais on n’attend pas pour les mettre en place. L’Argentine l’a fait, la Belgique face à l’Algérie. Le Brésil dans le premier match. Des changements qui changent vraiment le profil d’une équipe. Du vrai coaching en somme.

Mais dans cette seconde période, c’est le Mexique qui est le plus à l’aise. Les transmissions sont bonnes, la conservation du ballon aussi. Le bloc équipe est plus haut. Et au final, le Brésil peine à créer le danger. Il doit même souffrir sur les frappes des Mexicains. C’est même fou ce qu’ils osent comme tirs de loin !

Sans espace, le Brésil a vraiment du mal. Ça manque de mouvement, de précision. Il n’y a que Neymar pour éclairer le jeu. Les Fred, Jo, Bernard, c’est gentil, mais pour une équipe qui vise le titre, c’est pas assez… Le Brésil qui ne gagne pas, c’est déjà un événement. On disait après le premier match qu’on attend plus de cette équipe. On peut continuer à le dire.

Bon en même temps, le Brésil ne tombera pas à chaque match sur un Ochoa aussi dingue ! Ochoa sauveur d’un Mexique vraiment intéressant. Techniquement, collectivement, cette sélection a livré un très bon match…
Plus tôt, on a assisté à un très peu intéressant Algérie-Belgique. Les Belges sont arrivés à cette Coupe du monde dans un statut d’outsider, ou en tout cas d’équipe à suivre. Elle est tombée d’entrée sur un adversaire coriace. Avec une tactique d’un autre temps, l’Algérie de l’austère Halilhodzic a failli réussir son hold-up. En sortant une fois, l’Algérie a obtenu un péno. Quand on décide de jouer le 0-0 avec un bus devant la surface, c’est un scenario de rêve.

Face à ce bloc, la Belgique n’a pas été très brillante. Trop lente, peu inventive, la sélection de Wilmots a longtemps laissé penser qu’elle ne se sortirait pas du piège.

Heureusement, en seconde période, le match a tourné. Je dis heureusement parce que je préfère toujours les équipes qui jouent, qui tentent. Depuis le début de ce Mondial, tous ceux qui pratiquent un foot positif sont récompensés. La défense des Algériens n’a pas tenu et en modifiant sa compo, la Belgique a logiquement trouvé la faille.

Il y a pas mal de talent dans cette équipe Belge, mais il faudra vraiment qu’elle soit plus incisive pour réussir son Mondial. L’Algérie, elle, est partie pour faire un petit tour et rentrer à la maison. Elle pourra alors dire merci et surtout adieu au sinistre "coach Vahid".

Daniel Riolo