RMC Sport

Rochcongar : « Pas de problème en-dessous de 2000 mètres »

Les joueurs de Raymond Domenech ne devraient pas connaître de problème d'adaptation

Les joueurs de Raymond Domenech ne devraient pas connaître de problème d'adaptation - -

Le professeur Pierre Rochcongar, président de la commission d'expertise médicale de la Fédération française de football, estime que les Bleus ne connaîtront pas de problèmes liés à l’altitude en Afrique du Sud.

Est-il problématique pour l’équipe de France de disputer son premier match au niveau de la mer, et les deux suivants aux alentours de 1400 mètres ?

Du point de vue de la physiologie, on connaît bien les problèmes d’adaptation. Ils apparaissent en moyenne au-dessus de 2000 mètres. Jouer à 1300 ou 1400 mètres ne pose sans doute aucun problème. A 1700 mètres, on reste dans des zones tout-à-fait acceptables. En outre, les conditions climatiques seront également agréables. Ceci dit, il faut quand même réfléchir au meilleur mode de préparation pour l’équipe avant la Coupe du Monde. Nous sommes en phase de réflexion à ce niveau.

Dans la mesure où l’équipe de France disputera ses deux derniers matches en relative altitude, est-il pertinent de garder le camp de base au niveau de la mer ?

Le problème n’est pas vraiment celui du camp de base. Il s’agit plutôt de bien se préparer lors des semaines qui précèdent la compétition. Mais s’il avait fallu jouer au-dessus de 2000 mètres, la question pourrait se poser.

Le spécialiste de l’altitude avec qui vous allez travailler (Jean-Paul Richalet, NDLR) explique quand même que les joueurs ne pourront pas rester en permanence au niveau de la mer et qu’ils devront régulièrement s’entraîner ou aller dormir en altitude pour stimuler leur organisme…

Nous sommes pour l’instant en train de constituer notre groupe de travail. Jean-Paul Richalet a déjà donné son accord pour faire partie de ce groupe de réflexion. Il y aura également Alain Simon, le médecin de l’équipe de France, ainsi que le sélectionneur. On fera ensuite les meilleures propositions.

La rédaction