RMC Sport

Romario traite Blatter de « corrompu » et de « fils de p… »

Romario en 2007 lors de l'attribution de la Coupe du monde au Brésil.

Romario en 2007 lors de l'attribution de la Coupe du monde au Brésil. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

A moins de 100 jours de la Coupe du monde au Brésil, Romario a adressé sur ESPN Brasil un tacle d’une violence inouïe à l’attention de la FIFA et de son président, Sepp Blatter, ainsi qu'à son secrétaire général, Jérôme Valcke.

Sepp Blatter et la Fifa ne seront pas forcément les bienvenus au Brésil. A moins de 100 jours de l’ouverture de la Coupe du monde, Romario s’est lâché sur le plateau d’ESPN Brasil. Et a dit tout haut ce que de nombreux Brésiliens pensent tout bas.

« Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA (qui s'était ouvertement inquiété il y a plusieurs mois de la bonne tenue de la compétition, ndlr), est le maître-chanteur le plus important du sport mondial et Sepp Blatter, le président de la FIFA, est un voleur, corrompu et un fils de pute, a lâché l’ancienne star du foot carioca, aujourd’hui député fédéral. Ces gars-là vont être millionnaires au détriment de la Coupe du monde au Brésil et rien ne se passe. »

« C'est une honte ! »

« La situation ici est catastrophique, a-t-il rajouté. Le coût d’un billet pour assister aux matchs est presque le double au Brésil qu’en Afrique du Sud ou en Allemagne. C’est une honte ! Le stade de Brasilia ? Il a coûté 456 millions d’euros, mais il est plein de fuites, il n’offre pas de réseau Internet et il n’est même pas pourvu d’un système d’air conditionné dans les vestiaires. »

Réputé pour être un électron libre qui n’a jamais eu la langue dans sa poche lorsqu’il était joueur, Romario, proche du parti socialiste brésilien, se fait désormais le porte-voix des opposants à la Coupe du monde qui ne cessent de manifester leur mécontentement depuis l’été dernier, notamment en raison des fonds publics engagés pour la construction des différents sites du Mondial.

Le titre de l'encadré ici

|||Pas de commentaire de la FIFA
Après les insultes proférées par l'ancien attaquant de la sélection brésilienne Romario à l'encontre de de son président Joseph Blatter et de son secrétaire général Jérôme Valcke, la FIFA annonce qu'elle ne fait "pas de commentaire".
JS

La rédaction