RMC Sport

Courbis : « Très content pour Kombouaré »

-

- - -

A deux doigts de faire signer Rolland Courbis, le club d’Al Hilal a finalement jeté son dévolu sur Antoine Kombouaré. Surpris, l’ancien technicien de l’OM revient sur cette affaire et son envie de retrouver un challenge intéressant.

Rolland, pourquoi vos contacts avec Al Hilal ne se sont-ils pas finalisés ?

C’est très difficile pour moi de savoir pourquoi ça ne s’est pas fait avec Al Hilal. Ça ne se joue à pas grand-chose puisqu’il y a 3 ou 4 jours, on était en pourparlers bien avancés. On avait discuté du programme d’entraînement, de la reprise et des échéances à venir, avec notamment l’objectif de gagner la Ligue des champions d’Asie. Le titre de champion d’automne d’Antoine (Kombouaré) avec le PSG semblait être quelque chose d’important pour eux. Mon parcours, que ce soit avec Montpellier, Ajaccio, Marseille, l’était aussi. Je pensais que ma finale de la Coupe de l’UEFA (en 1999 avec l’OM face à Parme, ndlr) pouvait faire pencher la balance. Antoine a été choisi et je suis très content pour lui car c’est une personne qui j’aime bien. J’ai eu la chance de l’avoir comme joueur à Toulon et c’est quelqu’un de vraiment attachant.

Vous pensiez pourtant que cette affaire était bien embarquée…

Oui, sincèrement. Je devais avoir une réponse le mercredi. Compte tenu du discours qu’a pu tenir Eric Gerets, qui est très apprécié là-bas et avec qui il y a une considération professionnelle réciproque depuis très longtemps, je pensais que c’était quasiment conclu. Ça n’a pas abouti. Les affaires sont les affaires. On ne tombe pas toujours d’accord, ça fait partie des négociations. Je vais suivre avec attention le parcours d’Antoine avec ce club.

Que pensez-vous de la nomination d’Antoine Kombouaré ?

C’est sympa car ça lui permettra de poursuivre son apprentissage avec la découverte de l’étranger. Même s’il est expérimenté, c’est un jeune entraîneur. Cette expérience va lui faire du bien, dans un grand club super structuré au niveau des installations où on ne pense que football avec de superbes conditions financières mais aussi, ce qui est logique, beaucoup d’exigence. En quelque mois, il a réglé la réussite d’un entraineur sur le plan financier. S’il y est parvenu, c’est qu’il le mérite. 

Avez-vous des contacts avec d’autres clubs ?

Oui, j’ai quelques contacts mais le problème, contrairement à certains de mes collègues, c’est que je ne cherche pas de boulot. Je suis très heureux avec le travail que je fais. Mais j’ai décidé que si un challenge intéressant se présentait, je l’accepterai tout simplement à condition évidemment que ça soit un challenge passionnant sur tout point de vue.

En cas de départ de Didier Deschamps, est-ce que le challenge de l’OM pourrait vous intéresser ?

Dans l’intersaison actuelle, non. Si par contre si l’on me l’avait proposé il y a 3 ans, dans l’après-Gerets, j’y serais allé à pied, sans moyen de locomotion et sans salaire, simplement avec l’objectif de terminer dans les 3 premiers avec une grosse prime au bout. Aujourd’hui, la situation est totalement différente. Me concernant, il faudrait que, pour la dizaine d’années qu’il me reste à entraîner, je calcule un peu plus et un peu mieux mes choix sans laisser le côté affectif passer en premier, comme ce fut souvent le cas. Je dis souvent à mes joueurs qu’on progresse à tout âge, il faut qu'il en soit de même pour moi.