RMC Sport

Domenech soigne son image

Raymond Domenech

Raymond Domenech - -

Dans une longue interview accordée à l’Express à paraître ce mercredi, l’ex sélectionneur des Bleus s’exprime pour la première fois sur l’épisode de Knysna et tente de redorer son image. Entre début d’autocritique et charge sévère contre ses propres joueurs.

Sept mois après le fiasco du Mondial sud-africain, Raymond Domenech sort du bois. Dans une interview à paraître ce mercredi dans l’Express, l’ancien sélectionneur des Bleus livre sa version sur les évènements de Knysna. « Soyons clairs, je me suis planté, reconnaît-t-il. Je n'ai pas dû choisir les bons joueurs ni trouver les mots qu'il fallait. » A propos des supposés meneurs de la grève, le natif de Lyon assure : « S'il y en a, je ne les ai pas vus. A chaque fois que je remontais [dans le bus], il n'y avait plus personne... A ce moment-là, je me dis qu'ils sont devenus fous et qu'ils ne se rendent pas compte. Aujourd'hui, je sais que j'avais tort, ils savaient très bien ce qu'ils faisaient. Ils ont même fermé les rideaux du bus pour se cacher des caméras [...] Avec le recul, je les vois surtout comme une bande de sales gosses inconscients. »

Cette sortie médiatique s’inscrit dans un plan de communication plus global. Objectif pour Domenech ? Redorer son image. « Son but, c’est de se reconnaître dans les médias, d’y voir la même chose que ce qu’il voit dans sa glace le matin, explique Pascal Irastorza, en charge de sa stratégie de communication. Il était temps qu’il parle de lui-même puisque beaucoup avaient tendance à le faire à sa place. » Le technicien aux cheveux grisonnants, aujourd’hui entraîneur des poussins de l’Athletic Club de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), ne dit pas autre chose. « J'ai envie de rétablir ma vérité. Je ne suis pas l'abruti que l'on décrit », martèle-t-il.
Pour en persuader l’opinion publique, celui qui a demandé Estelle Denis en mariage un soir d’élimination au premier tour de l’Euro 2008, a décidé de prendre les choses en mains. Au point de multiplier les interventions dans la presse ? « Je ne crois pas. Ça y est, il s’est expliqué. Il va passer à autre chose désormais », estime Irastorza.

Irastorza : « Domenech n’est pas revanchard »

A commencer par les Prud’hommes. Domenech réclame 2,9 millions d’euros à la Fédération française de football pour licenciement abusif. Une conciliation est prévue le 14 avril prochain. D’ici là, le sélectionneur français le plus décrié de l’histoire espère que sa stratégie portera ses fruits. « Ce n’est pas la raison principale de son action, jure pourtant Irastorza. Il n’est pas dans une position revancharde. Aujourd’hui, il est cool, tranquille. On a bu des bières ensemble en Irlande (samedi dernier lors du match de rugby Irlande-France comptant pour le Tournoi des VI nations). C’était sympa. A la différence de beaucoup, Raymond Domenech respecte son ancienne fonction. Il n’entend pas sombrer dans des polémiques stériles pour essayer de sauver une image largement écornée.
Même s’il a reçu des propositions « pour faire du théâtre et du cinéma », Domenech affirme prendre le temps de la réflexion avant de se lancer dans une nouvelle activité. Pourquoi pas dans le football d’ailleurs. « J'ai encore besoin de balayer certains souvenirs avant de pouvoir démarrer une nouvelle aventure, souffle-t-il. C'est comme en amour, il faut avoir oublié une femme pour pouvoir en aimer une autre. » Surtout lorsque le divorce n’est pas encore totalement consommé.

Alexandre Jaquin avec Jean Resseguié