RMC Sport

Drame de Furiani : Quillot se démarque de Thiriez

-

- - AFP

Au contraire de l’ex-président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, qui ne s’était jamais rendu à Bastia un 5 mai, Didier Quillot a tenu à être présent ce jeudi pour commémorer la catastrophe de Furiani en 1992. Le nouveau directeur général de la LFP était aux côtés du Secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard, et du président de la FFF, Noël Le Graët.

La petite guerre intestine au sein de la Ligue de Football Professionnel n’est pas terminée, même après le départ de son désormais ex-président, Frédéric Thiriez, le 15 avril dernier. Le directeur général de l’instance, Didier Quillot, nouvel homme fort du football professionnel dans l’Hexagone, a ainsi décidé de se rendre ce jeudi devant la stèle du stade Armand Cesari à Bastia, pour la commémoration de la catastrophe de Furiani, survenue le 5 mai 1992. Une décision qui contraste avec l’absence récurrente de Frédéric Thiriez à ce rendez-vous annuel d’hommage aux 18 morts et aux plus de 2300 personnes blessées à l’occasion de ce drame.

La reconnaissance de drame national

Gageons que les relations entre la LFP et le club corse, ainsi que le collectif des victimes du 5 mai, seront donc bien meilleures avec Didier Quillot, qui s’est étonné de son côté que Thiriez ne se soit jamais déplacé pour cette commémoration : "J’ai pris mes fonctions il y a six semaines, je considère qu’il est normal que la Ligue soit là. Le 5 mai est une date dont il faut célébrer le souvenir, pour les familles des victimes et le club. Moi-même j’étais devant ma télévision et j’ai assisté à cette tragédie donc je considère que la Ligue est à sa place ici, et je regrette qu’elle n’ait pas été là plus tôt." Une position alignée sur celle du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et de son secrétaire d'Etat, Thierry Braillard, qui avait décidé en juillet dernier de reconnaître le statut de "drame national" à la catastrophe de Furiani.