RMC Sport

En Colombie, les Farc veulent créer leur club de foot professionnel

Le 26 septembre 2016, les Farc assistent à l'accord de paix historique en Colombie.

Le 26 septembre 2016, les Farc assistent à l'accord de paix historique en Colombie. - AFP

Les ex-guérilleros des Farc, sur le point de former un parti politique après la signature d'un accord de paix historique en Colombie, espèrent créer un club de football qui puisse intégrer la ligue professionnelle.

La requête est arrivée jusqu’aux dirigeants du championnat. "Nous avons reçu il y a une dizaine de jours un courrier officiel (...) de la part des Farc, demandant à parler avec les responsables du football colombien sur leur participation à la sélection professionnelle", a déclaré Jorge Perdomo, président de la Dimayor (1ère division de Colombie), à Blu Radio.

M. Perdomo a indiqué que l'ex principale guérilla du continent américain demandait à "intégrer" la seconde division, qui compte 16 équipes, et "sûrement" le football féminin, qui en compte six.

A lire aussi >> James Rodriguez provoque un scandale en Colombie avec un doigt d'honneur

Pas si facile que ça pour les Farc

Il a cependant estimé que le fait que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) créent une équipe de foot "n'est pas facile" car il faut recueillir l'approbation des deux tiers de l'assemblée de la Fédération colombienne de football (FCF) et de la Dimayor, payer une cotisation, etc.

En outre, "il faut environ 10 millions de dollars et nous ne les avons pas, a admis Pastor Alape, l’un des chefs des Farc, lors d’une conférence de presse à Bogota. Nous avons toujours été des rêveurs, mais cela nous semble compliqué."

Il a ajouté que "le seul stade disponible" pour un nouveau club se trouve dans le département du Caqueta, l'une des principales zones d'influence de l'ancienne guérilla dans le sud de la Colombie.

A lire aussi >> Un record pour Falcao face à l'Espagne

Les Farc comme "n’importe quel citoyen ou autre organisation"

L'ONU doit terminer mardi d'extraire les armes des 26 zones où sont rassemblés les quelque 7 000 anciens guérilleros pour préparer leur retour à la vie civile et à partir de cette date, la Dimayor pourra se prononcer sur la requête des Farc.

"Cette sollicitude (...) pourra être examinée selon les mêmes règles et conditions que celles de n'importe quel citoyen ou autre organisation", a promis le ministre de l'Intérieur, Guillermo Rivera.

A lire aussi >> Pogba en vacances en Colombie pour la bonne cause

VIDEO. Le best of de l'After foot du 11 août

AFP