RMC Sport

EN VIDEO : Un match italien arrêté au bout de 22 mn… faute de joueurs !

-

- - -

L’histoire serait presque drôle… Elle raconte un match entre Salernitana et Nocerina censé se tenir ce dimanche et qui n’a pas eu lieu. La faute à 3 changements, des "blessures", un avion au-dessus du stade et des fans peu commodes.

Tout commence avec des « supporteurs » de Nocerina, interdis de déplacement à Salernitana pour ce qu’on appelle désormais le « Derby della Vergogna » (le derby de la honte) au sud de Naples. Le risque de voir cette confrontation régionale s’envenimer paraissait trop grand. Fâchés, les indésirables réagissent en décidant que s’ils ne peuvent pas assister au match de leur équipe, la meilleure chose reste de le faire… « disparaître » ! Tout simplement. Et pour cela, rien de plus simple (apparemment), il suffit de se rendre à l’hôtel des joueurs et de les menacer de mort. Avec un message on ne peut plus clair : si on n'a pas le droit de « supporter », vous n'avez pas le droit de jouer. Une proposition qu’on ne peut pas refuser.

-
- © -

Le genre de menace que les joueurs de Nocerina ont tout de suite pris très au sérieux, au point de refuser de sortir du bus ce dimanche au moment du match. Pas question de fouler la pelouse dans ces conditions. Un refus compréhensible, mais dont la logique a pourtant dû échapper à la Ligue et aux dirigeants de l’équipe qui, au bout de 40 minutes de négociations, ont obligé les hommes de Gaetano Fontana à se rendre sur le terrain. Sur les poitrines contrariées, on peut alors lire ces mots : « respect pour Nocerina ». Pas vraiment un sponsor habituel, puisqu’il s’agit en réalité d’une inscription demandée par les fameux « supporters » du club. Ceux-là même qui, loin du Stadio Arechi, apprennent avec délice que leur comportement de caïds a porté ses fruits.

Un bus qui ne s'ouvre pas et un avion qui décolle

Certes, leurs joueurs sont entrés sur la pelouse, mais pas pour longtemps. Car après moins de 50 secondes de jeu, l’entraîneur des visiteurs a déjà effectué ses trois changements. Moment attendu par ses hommes pour commencer à simuler des blessures au moindre contact. S’ensuit alors une parade surréaliste, animée sans sourire aucun par des jeunes sportifs soudain devenus boiteux et qui sautillent jusqu’à leur banc de touche pendant qu’un avion tirant une banderole marquée des mêmes mots que leurs tuniques passe au-dessus des tribunes. Les interdis de stade ont en effet dégagé les fonds nécessaires pour rendre aérien leur « respect pour Nocerina ».

Le show occupe les esprits quelques instants, puis c’est le retour sur terre. Là-même où, privée de cinq joueurs, l’équipe se retrouve à six, nombre évidemment insuffisant pour qu’un match de football se tienne dans les règles. L’arbitre n’a donc plus le choix, il donne la rencontre sur tapis vert aux hôtes, le tout sous les sifflets et jets de projectiles du public de Salernitana, forcément furieux. Au même instant, à quelques kilomètres de là, les fans victorieux crient leur joie d’avoir trouvé une façon d’arrêter le derby. Quant au respect pour Nocerina, on est sans nouvelles.

-
- © -

A voir aussi :

>> En vidéo : le superbe retourné d'un gardien

>> En vidéo : les buts de quatre Bleus en forme

Le titre de l'encadré ici

|||

Démissions et commission de discipline

L’affaire du derby de la honte ne s’est tout naturellement pas arrêtée au terrain. L’ensemble du conseil d’administration de Nocerina a démissionné et l’entraîneur devra justifier des raisons qui ont motivé ses trois changements en 50 secondes devant la commission de discipline. Optimiste, le directeur sportif du club a tenté de légitimer les choix de son coach en expliquant que les joueurs s’étaient blessés faute d’échauffement suffisant.

Raphaël Cosimano avec Thierry Cros