RMC Sport

2h30 en vol avec les Bleus…

Franck Ribéry sous le maillot de l'équipe de France.

Franck Ribéry sous le maillot de l'équipe de France. - -

Les envoyés spéciaux de RMC Sport ont voyagé avec les Bleus à destination de Minsk où l’équipe de France dispute ce vendredi (20h45), un match important face à la Biélorussie. Entre partie de jeux vidéo et sommeil réparateur, plongez dans les coulisses d’un voyage pas comme les autres.

L’ambiance était calme et sereine, ce mercredi, dans l’avion qui a emmené l’équipe de France à Minsk, pour le match éliminatoire de l’Euro 2012 face à la Biélorussie, ce vendredi (20h45). Durant les 2h30 de vol, certains se sont tout de même enflammés au cours de partie de jeux vidéo. Samir Nasri, Adil Rami, Patrice Evra, Franck Ribéry et Cédric Carrasso se sont en effet affrontés à distance par réseau à Mario Kart et à FIFA 11. Hugo Lloris et Yohan Cabaye étaient également de la partie. La chambre était de mise. Impossible de savoir en revanche qui a régné en maître. D’autres joueurs tels Eric Abidal, Loïc Rémy ou encore Younes Kaboul et Florent Malouda, sont vite tombés dans les bras de morphée. D’autres encore étaient devant leur DVD portable pour regarder un film ou écouter de la musique.

Martin impressionné

A l’avant de l’appareil, Laurent Blanc et son staff ont pu deviser tranquillement. Le sélectionneur ne s’est pas levé une seule fois, ne serait ce que pour discuter avec l’un de ces joueurs. La confiance est certainement de mise après deux jours passés en commun. A bord, le groupe France a eu droit à une collation, fruits et céréales essentiellement. Rami et Ribéry inséparables ne se sont pas lâchés. Mandanda et Hoarau étaient également côte à côte. D’autres ont préféré voyager seuls.

A l’arrivée à Minsk, certains joueurs ont été impressionnés par l’effervescence. C’était le cas notamment de Marvin Martin et Charles N’Zogbia qui réalisent progressivement toute l’organisation qui règne autour des Bleus. Une fois le pied sur le sol de la Biélorussie, les Bleus ont eu comme l’ensemble de la délégation droit à une formalité administrative assez contraignante. Certains se sont un peu empêtres dans les papiers. Mais au final tout s’est bien déroulé. Le plus dur commence désormais pour les Bleus.

Marc Benoist, à Minsk