RMC Sport

Abidal : « Mon avenir en bleu est plus dans l’axe… »

Le défenseur du FC Barcelone estime que son avenir en sélection passe désormais par l'axe...

Le défenseur du FC Barcelone estime que son avenir en sélection passe désormais par l'axe... - -

Sur le point de prolonger à Barcelone, le défenseur évoque son positionnement avec les Bleus et revient sur la fameuse réunion d’il y a un mois à Clairefontaine.

Eric Abidal, comment abordez-vous le match à venir contre les Iles Féroé ?
Il reste deux matchs importants. L’objectif est de faire carton plein pour au moins faire les barrages. Après pour ce qui est de la qualification directe, tout dépend de la Serbie. Mais il faut se concentrer sur notre sujet. Notre destin ne dépend que de nous.

Il faudrait toutefois presque un miracle pour que la France n’échappe pas aux barrages ?
Peu importe la porte que l’on doit ouvrir, on doit se qualifier pour le Mondial. C’est l’objectif collectif que l’on s’est tous fixés.

Le match en Serbie fait-il office de référence pour les Bleus ?
Oui, on peut dire ça. On a réalisé une bonne prestation dans un contexte difficile contre les leaders du groupe. C’est un match à retenir.

Comment avez-vous vécu cette fameuse réunion de Clairefontaine la veille de France-Roumanie ?
C’est une réunion comme une autre. L’entraîneur explique des choses. C’est souvent et c’est même mieux que les joueurs puissent y participer. Cela a pris pour moi une trop grande dimension pour ce que c’était. Il s’agissait simplement d’une réunion entre le sélectionneur et ses joueurs sur des thèmes qu’ils soient tactiques ou autre. C’est comme ça que l’on prépare un match. De là à dire que des joueurs n’ont pas été d’accord avec ce qu’a dit le sélectionneur, c’est de l’invention.

Pour vous, cette discussion a-t-elle été constructive ?
Oui. Chaque personne a droit de s’exprimer et de donner sa façon de voir les choses. Après, il faut faire un tri de tout ce qui a été dit pour continuer à avancer.

En tant qu’ancien du groupe, vous êtes-vous exprimé ?
Des joueurs se sont exprimés lors de cette réunion. Mais c’était un discours collectif. Ce n’est pas parce que trois ou quatre joueurs ont parlé que tout doit se focaliser sur eux. Il y en a qui sont plus ouvert et d’autres préfèrent écouter. Les anciens sont là pour régler les problèmes s’il y en a et trouver des solutions. C’est plus facile pour un ancien comme notre capitaine, William (Gallas) ou des joueurs qui comptent beaucoup de sélections de s’exprimer qu’un jeune qui vient d’arriver.

Avez-vous connu ce genre de discussion avec votre club, à Barcelone ?
C’est différent en club et en sélection. A partir du moment où on dit qu’il y a une réunion, c’est qu’il y a échange. On peut tout de même discuter sans qu’il y ait de polémiques. Ce genre de réunion, on en a fait à chaque rassemblement en équipe de France. Ce ne sera pas la dernière. On en fera d’ailleurs sans doute une lors de ce rassemblement. Si malaise il y a, il est à l’extérieur. Trop de pression sur le sélectionneur ? Non, il y en a tout sur tout le monde. On raisonne avant tout en terme de collectif. Si le bateau sombre, c’est tout le monde qui sombre et pas seulement un joueur ou un sélectionneur. Il y a toujours une belle mentalité au sein du groupe.

« Benzema ne renoncera jamais »

Comment qualifiez-vous les rapports aujourd’hui entre le sélectionneur et le groupe ?
Ils ont toujours été bons. Il met certaines choses en place. Nous, on essaie de les appliquer du mieux possible. Il n’y a aucun malaise.

Les absences de Ribéry et de Gourcuff sont-elles vraiment handicapantes pour l’équipe ?
C’est difficile car on doit faire sans ces deux joueurs, qui sont importants pour l’équipe. Mais, il ne faut pas oublier qu’il y a des éléments qui sont là pour les remplacer. On a un effectif de qualité.

L’avenir d’Eric Abidal avec les Bleus est-il plus en défense centrale qu’à gauche ?
Quand on regarde les matchs qui viennent de se dérouler, je dirai que mon avenir en bleu est plus dans l’axe qu’à gauche. Après, tout dépend du choix du sélectionneur. En ce qui me concerne, l’objectif, que ce soit dans l’axe ou à gauche, est de me donner à fond si on me fait confiance.

Comment envisagez-vous votre avenir à Barcelone ? Une prolongation de votre contrat est à l’étude actuellement…
Oui, je suis content de ma saison actuellement avec Barcelone. J’ai la chance d’évoluer dans une super équipe. On discute avec le club pour une prolongation. Mais, je ne sais pas encore combien de temps. Ce serait un bel objectif que de finir à Barcelone.

Vous qui êtes un proche de Karim Benzema, comment jugez-vous les difficultés qu’il rencontre avec les Bleus ?
Pour moi, il n’a pas changé. Le Karim d’aujourd’hui est le même que j’ai connu lorsqu’il avait 16 ans. Il est en train de devenir un joueur important au Real. Il marque des buts, il donne des passes décisives. Avec les Bleus, c’est plus difficile pour lui. Mais je ne saurai pas vous expliquer pourquoi. Ce que je sais en revanche, c’est qu’il ne renoncera jamais. Il a une mentalité de bosseur. Au niveau de ses récentes déclarations, Karim a peut-être fait une erreur de jeunesse. Mais ce n’est pas plus mal non plus. Au moins, il fait passer un message. Il est assez intelligent pour faire les bons choix et répondre présent quand on fera appel à lui.

La rédaction - M.B. (RMC Sport)