RMC Sport

Ben Arfa forfait avec les Bleus

-

- - -

Eric Gerets a annoncé que son milieu offensif Hatem Ben Arfa serait forfait avec les Bleus face à l’Autriche.

Hatem Ben Arfa n'a pas participé à la rencontre entre Marseille et Sochaux pour la 4e journée de L1 en raison d'une blessure aux adducteurs. D'après le coach olympien Eric Gerets, le joueur sera indisponible pour le match entre les Bleus et l'Autriche prévu le 6 septembre. Le médecin de l'OM a appelé son homologue des Bleus.

L'ancien lyonnais avait déjà manqué le match amical contre la Suède le 20 août dernier, déjà en raison d'une douleur aux adducteurs. Il avait alors été remplacé par Samir Nasri, qui a également été appelé pour les deux matchs contre l'Autriche et la Serbie. Reste à savoir si Raymond Domenech sollicitera un éventuel remplaçant pour pallier à cette absence. La blessure d'Hatem Ben Arfa semble en tout cas plus sérieuse que prévu car elle le poursuit depuis le début du mois d'août. Une longue indisponibilité serait un coup dur pour l'OM, qui compte sur son meneur de jeu pour les rendez-vous européens qui se profilent.

Une carrière en Bleu qui peine à démarrer

Outre le match de la Suède manqué suite à cette blessure, Ben Arfa avait été écarté du groupe des 23 joueurs disputant l'Euro alors qu'il faisait partie de la liste des 30 présélectionnés. Titulaire à une seule reprise face à l'Equateur en match de préparation de l'Euro, le joueur ne compte aujourd'hui que 6 sélections, essentiellement des bouts de matchs. Autrement dit, il peine à s'imposer comme un titulaire indiscutable à son poste de milieu gauche.

En plus de ses pépins physiques, Ben Arfa souffre en effet d'une rude concurrence. Si Florent Malouda est actuellement le titulaire dans la tête de Raymond Domenech, Samir Nasri et dans une moindre mesure Jérôme Rothen sont des candidats sérieux. De plus, Franck Ribéry ne serait pas contre un replacement à gauche, son poste au Bayern. Pour Hatem Ben Arfa, il devient déjà urgent de se rétablir et de briller avec l'OM en Ligue 1 comme sur la scène européenne s'il ne veut pas rater le train de la Coupe du Monde 2010.

La rédaction - Charles Magnien