RMC Sport

Benzema, parole à la défense

Karim Benzema

Karim Benzema - -

Dans l’œil du cyclone après sa nouvelle prestation terne face à la Géorgie (3-1), Karim Benzema peut compter sur le soutien indéfectible de ses coéquipiers en équipe de France. Comme sur celui de son sélectionneur, qui reconnaît tout de même la mauvaise passe de son attaquant.

Même Raymond Domenech n’a pas pu s’en empêcher. En marge de la victoire de l’équipe de France face à la Géorgie (3-1), l’ancien sélectionneur s’est lâché sur Twitter : « J’aurais pu dire : Benzema confirme son inutilité et Ribéry toujours intermittent. Mais ça c’était avant ! » Une pique pleine d’ironie nostalgique qui ne masque pas la question de fond. Inutile, Karim ? Le mot est trop fort. Mais la nouvelle performance terne de l’attaquant du Real Madrid sous le maillot tricolore, vendredi soir, soulève des questions. A force de le voir ne pas faire trembler les filets (929 minutes sans marquer en sélection) et enchaîner mauvais choix et gestes ratés en Bleu, sa place de titulaire doit-elle être remise en cause ? Certains observateurs militent pour. Mais le garçon peut compter sur la défense de ses coéquipiers. Avec un mot d’ordre clair : il faut sauver le soldat Benzema !

« Karim a un grand talent, il l’a démontré, lance Blaise Matuidi. C’est un travailleur, il ne lâche jamais rien et il faut juste que la confiance revienne. Je ne me fais aucun souci là-dessus. » « Karim reste un très grand joueur, confirme Yohan Cabaye. Le poste d’attaquant est ingrat. Dès qu’on a des occasions et qu’on ne les met pas, le public vous prend en grippe. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il va s’en sortir, il a les capacités techniques et mentales pour. D’autres grands joueurs sont passés par là. » Même mot d’ordre chez Raphaël Varane, qui partage son quotidien au Real : « En Bleu, Karim a pas mal de pression. Mais il sait la gérer. A nous, aussi, de l’aider. On a confiance en lui et ça va revenir, il n’y a pas à s’inquiéter pour lui. »

Valbuena : « Karim est notre meilleur joueur »

Pas facile pour eux, donc, d’entendre le Stade de France accompagner Benzema de sifflets. « On trouve ça dommage car il a besoin de tout le monde », insiste Matuidi. « Ce n’est pas la meilleure chose pour le mettre en confiance. On peut rater des choses, tous. Ce n’est pas spécifiquement Karim et il n’est pas le seul à avoir été sifflé », nuance Didier Deschamps. « C'est dur. Karim est un grand joueur, notre meilleur joueur, juge Mathieu Valbuena. Il va montrer que le public a tort de siffler. Je sais qu'il va être décisif et performant dans les grands matches. J'espère contre l'Espagne. »

Et le sélectionneur, dans tout ça ? Bombardé de questions sur le cas Benzema, Deschamps n’a pu que reconnaître l’évidence, la nimbant de mots bien choisis pour ne pas froisser l’intéressé : « Je ne vais pas nier que Karim, s’il a eu des opportunités, n’a malheureusement pas trouvé le chemin du but. Mais j’ai confiance en lui et ses partenaires aussi, il n’y a qu’à voir leurs réactions après le match. »

Très vite, le débat porte ensuite sur la possibilité de ne pas l’aligner d’entrée contre l’Espagne. « DD » semble alors entrouvrir la porte du banc : « La concurrence existe pour tout le monde. A moi de choisir et d’évaluer ce que je veux faire selon le potentiel des uns et des autres. » Mais il ne laissera pas de place au doute quelques minutes plus tard : « Le match d'hier (vendredi) ne va pas faire évoluer mon idée première. Je sais les 11 qui vont débuter contre l’Espagne. » Façon de dire que Karim Benzema ne sera pas inquiété, a priori. Mais pour combien de temps encore ?

Alexandre Herbinet avec JS et PTa