RMC Sport

Benzema : « Zidane, comme un grand frère »

Karim Benzema

Karim Benzema - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

En très grande forme avec le Real Madrid, Karim Benzema a expliqué ce lundi à Clairefontaine sa réussite actuelle par l’aide précieuse de Zinedine Zidane, l’adjoint de Carlo Ancelotti. De bon augure avant France-Pays-Bas et surtout la Coupe du monde.

Karim Benzema, vous êtes dans une forme étincelante depuis quelques semaines. Le match contre l'Ukraine (3-0 en barrage retour) a-t-il joué un rôle important ?

Je ne sais pas s’il a été un point de bascule mais je suis en pleine forme, c’est vrai. Ça se voit sur le terrain. Il y a toujours des moments difficiles pour un footballeur. Et des moments plus agréables. J’ai toujours travaillé et je travaille encore. C’est donc le résultat de ce travail et il y a un peu plus de confiance en enchaînant les matches et en ayant la confiance de mes entraîneurs.

En quoi Carlo Ancelotti, votre coach au Real Madrid, vous a-t-il aidé à retrouver la confiance ?

Je ne pense pas qu’il ait transformé mon jeu. Mais c’est bien de laisser un attaquant sur le terrain, même s’il y a des matches où il ne marque pas, où il n’est pas bon ou quand il est sifflé. On demande à un attaquant de marquer des buts mais il y a des périodes où le ballon ne veut pas entrer. Je parle d’Ancelotti mais je pourrais aussi parler de Didier Deschamps, de Zidane avec qui je travaille après les entraînements au Real Madrid.

Justement, que vous apporte Zinedine Zidane (l'adjoint d'Ancelotti au Real Madrid) ?

Je le répète souvent mais il est comme un grand frère. Il est toujours avec moi. Je sens qu’il a envie que je réussisse, que ce soit en club comme en sélection. Il m’aide beaucoup dans le jeu devant le but. Je ne sais pas s’il pourra être avec moi au Brésil mais je l’aurai régulièrement au téléphone.

Avez-vous modifié quelque chose dans votre approche par rapport à ce qu'on peut dire de vous ?

Ce qui se dit sur moi est une image. Tout le monde ne peut pas me connaître. Je suis quelqu’un de bien, je suis un jeune homme (rires). Je suis content de ma vie et de jouer au foot. Je suis dans un grand club, je suis aussi content de venir en équipe de France, où ça se passe bien. On s’est qualifié pour la Coupe du monde. Il n’y a que des choses positives pour la suite.

Traversez-vous actuellement la meilleure période de votre carrière ?

Je ne sais pas. Je suis dans une très bonne période. En 2011-12 aussi même si j’étais beaucoup plus jeune. Aujourd’hui, je me sens super bien sur le terrain. Je n’ai pas de problème.

Ce mardi, nous serons à J-100 avant le début de la Coupe du monde...

Je ne vais pas dire que c’est loin, même s’il y a encore beaucoup de matches en club. On y pense toujours. Si j’ai la chance d’être appelé, je serais le plus heureux. C’est dans un coin de ma tête. Disputer une Coupe du monde est l’une des plus belles choses qui puisse arriver pour un joueur de foot. Il faut arriver au top au Brésil.

A lire aussi :

Le Riomètre du 3 mars

Toute l’actu des Bleus

Nasri : « La meilleure réponse, c’est le terrain »

Propos recueillis par Jérôme Sillon