RMC Sport

Chambily : « Le Conseil fédéral est consanguin »

-

- - -

Succession d’Escalettes, sort de Domenech : avant le Conseil fédéral de la FFF vendredi, Guy Chambily, le doyen de l’assemblée, fait le point sur les dossiers brûlants du foot français. Sans langue de bois.

Guy Chambily, que pensez-vous de la candidature de Fernand Duchaussoy pour la présidence par intérim de la FFF ?
Dans les règlements actuels, vous ne pouvez pas faire autrement. Je ne dis pas que Fernand Duchaussoy est un mauvais président. Il est évident que la forme de vote, pour les présidents de fédération, n’est pas la bonne. C’est de la consanguinité. Nous sommes toujours avec les mêmes, de mêmes origines. La FFF, c’est une société importante qui emploie plus de 200 personnes, qui fait deux cent millions d’euros de chiffre d’affaires. Cela mérite une gouvernance très professionnelle.

Etes-vous partisan d’une exclusion des 23 joueurs du Mondial pour le prochain match des Bleus ?
Nous devons marquer le coup car ce qui s’est passé est absolument anormal. Il faut prendre une mesure générale. Mais nous ne devons pas gêner Laurent Blanc dans la constitution de sa future équipe. Je suis partisan que le match face à la Norvège, le 11 août prochain, se déroule sans aucun joueur présent en Afrique du Sud. Il faut marquer le coup au moins sur cette rencontre.

Raymond Domenech doit-il être licencié pour faute grave ?
Si le sujet n’est pas abordé, moi je l’aborderai. Il faut sortir de cette histoire. Tout le monde dit que nous devons faire quelque chose. Sur le plan prudhommal nous devons être extrêmement prudents. Selon moi, le motif de licenciement est la faute lourde. Sans problème. Mais ce n’est pas à moi de le décider.

Quel regard portez-vous sur l’affaire Zahia et les mises en examen de Franck Ribéry et Karim Benzema ?
Je ne souhaite pas m’exprimer sur ce dossier.

RM