RMC Sport

Comment Valbuena est devenu indispensable

Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena - -

Depuis le début du Mondial, Mathieu Valbuena fait partie des joueurs clés de Didier Deschamps. Un statut qui n’était gagné d’avance au regard du parcours sinusoïdale du Marseillais sous les maillots de l’équipe de France et de l’OM.

Mathieu Valbuena n’est pas épargné par les critiques. Il le sait. Il semble d’ailleurs s’en être parfaitement accommodé. Il y a d’abord eu une conférence de presse à Clairefontaine où il disait devoir toujours plus prouver que les autres. Et comme pour montrer que c’est dans les attaques qu’il puise sa force, il en a remis une couche ce lundi : « Dans la vie, on ne peut pas faire l’unanimité. Je n’en veux à personne. C’est vrai que mon gabarit (1,67m) m’a desservi à un moment donné. Si je ne suis pas bon sur le terrain, on le remarque très vite. Je continue mon bonhomme de chemin avec beaucoup d’humilité et de détermination. On ne m’a jamais fait de cadeau. Je le sais et c’est ce qui fait ma force. C’est aussi pour ça que je ne me relâcherai plus. »

Sauf qu’aujourd’hui, Valbuena est devenu titulaire indiscutable en équipe de France. Le Marseillais cumule désormais 36 sélections et 6 buts sous le maillot bleu. Il est le seul joueur à avoir participé à toutes les rencontres disputées sous l’ère Deschamps. Pas mal pour un joueur, un moment ignoré par les centres de formations et qui n’a connu que la réussite à 22 ans, au moment d’arriver à Marseille. « Ceux qui ont un parcours comme ça ont une force en plus, note le sélectionneur. Ce n’est pas que son cas. Ça toujours été un très bon footballeur. Il aime le foot. Quand ça va moins bien, il se réfugie dans le travail. Aujourd’hui, il est récompensé par rapport à ça. Il a gagné en maturité aussi. Il a gommé le superflu pour gagner en efficacité. »

Valbuena : « Je sais ce que c'est de me relâcher »

Entre Valbuena et Didier Deschamps, la relation n’a pas toujours été linéaire. Entraîneur de Marseille, « DD » n’a pas toujours fait confiance au natif de Bruges. Alors le joueur a appris à ne pas s’endormir. « Même si à chaque fois on remet en cause mon statut, ça ne me dérange pas, continue-t-il. Je pense que ça sera tout le temps comme ça dans ma carrière. Aujourd’hui, ça c’est peut-être un petit peu calmé mais ce n’est pas pour autant que je vais me relâcher, bien au contraire. Je vais toujours faire plus. Je vais toujours donner le maximum pour être encore plus performant et ne surtout pas me relâcher. Je sais ce que c’est de me relâcher et je l’ai payé cash. »

Car même sous le maillot bleu, tout n’a pas toujours été aussi simple. En 2012, il fait partie des quatre joueurs de champ qui ne jouent pas une seule minute lors des quatre rencontres des Bleus. Il en avait alors gros sur le cœur, préférant ne pas répondre aux questions des journalistes, plutôt que de laisser aller sa pensée. Au tristement célèbre Mondial 2010, l’histoire se termine également très mal. Avec, à titre personnel, une vingtaine de minutes à se mettre sous la dent contre le Mexique. « Pour moi, c’est du passé », concède-t-il. Signe que les choses changent, même les plus sceptiques semblent revenir sur leur position. « Parfois, il faut savoir reconnaître ses erreurs, lâche notre consultant Jean-Michel Larqué. J'avais un avis subjectif le concernant. Je n'avais même pas mis Valbuena dans les 23, c'était une erreur. Il est l'un des meilleurs Français. »

A lire aussi :

>> Les changements chez les Bleus, c'est maintenant ?

>> En vidéo : les familles des Bleus débarquent au Brésil

>> Quand les Bleus affolent Twitter

P.Ta.