RMC Sport

Des Bleus au banc d'essai

Mathieu Debuchy

Mathieu Debuchy - -

C’est dans une logique de turn-over et de découverte que les Bleus reçoivent les Etats-Unis, ce soir (21 heures). Une affiche de prestige pour le public du Stade de France, mais probablement aussi la dernière chance des petits nouveaux appelés par Laurent Blanc de monter dans le train de l’Euro 2012.

Laurent Blanc n’a pas l’allure d’un savant fou. Ni celle d’un chercheur. Pourtant, c’est pratiquement contre une blouse blanche que le sélectionneur de l’équipe de France va troquer son habituel costume de technicien ce vendredi, sur la pelouse du Stade de France. Face aux Yankees (21 heures), Blanc n’aura pas pour optique de dénicher un remède miracle contre la sinistrose. Juste celui de procéder à une large revue d’effectif, de « protéger certains joueurs qui sont sur la brèche ». Bref, d’injecter du sang neuf dans le groupe tricolore. « J’ai comme idée de donner du temps de jeu à des nouveaux joueurs ou à des joueurs qu’on ne connaît pas au niveau international, a confié en début de semaine le sélectionneur. Si on doit donner du temps de jeu à des nouveaux joueurs, ce sera contre les Etats-Unis. »

Dans quelques heures, le Stade de France aura donc des allures de laboratoire et l’effectif bleu, une vague ressemblance avec un tube à essai. « On peut avoir de bonnes surprises sur des matches sans enjeux, poursuit Blanc. Il faut jouer à fond ces matches-là. Les joueurs doivent lâcher les gaz, ne pas se poser de questions et jouer comme ils jouent dans leurs clubs. » Saisir sa chance, le leitmotiv de Blanc depuis son arrivée sur le banc français. Une idée forte bien assimilée par Marvin Martin, auteur d’un quart d’heure de pure folie en juin dernier en Ukraine (1-4) et qui, en l’absence de Samir Nasri blessé au tendon rotulien et par conséquent, forfait, pourra encore confirmer tout le bien que l’on pense de lui. Pas encore tout à fait par Mamadou Sakho, très apprécié de Blanc mais dont les débuts en sélection, en Biélorussie, ont été nettement plus délicats.

Blanc : « Ils doivent lâcher les gaz »

« C’est sûr que j’étais un peu dégoûté de ma performance, reconnaît le capitaine du PSG. Je ne doute pas, car je sais que ça va venir. Je n’ai que 21 ans (…) il n’y a pas le feu au lac. » Certes, mais celui qui a « toujours envie de tout casser » et qui a « très très faim », et qui sera titulaire vendredi au bénéfice des absences sur blessure de Philippe Mexès et d’Adil Rami, devra convaincre. Tout comme Laurent Koscielny, qui n’a jamais pu afficher ses qualités entrevues à Arsenal sous le maillot bleu. L’ancien Lorientais aura donc sa carte à jouer. Idem pour le Lillois Mathieu Debuchy, prometteur il y a un mois contre l’Albanie et le Valencian Jérémy Mathieu, dont le compteur-temps en sélection affiche toujours zéro. Même topo pour le Montpelliérain Olivier Giroud, parmi les premiers arrivés au rassemblement de Clairefontaine et qui souhaite bien profiter du manque de hiérarchie en attaque derrière Benzema pour jouer sa carte.

« Pourquoi pas, si je fais une très bonne saison, postuler à l’équipe de France pour l’Euro, lâche le co-meilleur buteur de Ligue 1 avec Kevin Gameiro. C’est une ambition, un objectif. » Un discours qui a trouvé écho chez Blanc. Le sélectionneur passera aux choses sérieuses, mardi prochain, contre la Belgique. Avec en tête, de commencer à dessiner les contours de son onze-type pour le rendez-vous européen de juin prochain, en Ukraine et en Pologne. « On se dirige vers deux compostions d’équipe différentes, précise Blanc. Un premier match contre les Etats-Unis et un deuxième match plus solide contre la Belgique. On a six changements à faire. » Cela tombe bien. Ils sont bien six (Giroud, Sakho, Martin, Koscielny, Debuchy, Mathieu) à vouloir se faire entendre…

Le titre de l'encadré ici

|||

Un 4-4-2 avec Benzema et Gameiro

Comme pressenti ces dernières heures, Laurent Blanc devrait opter pour un 4-4-2, ce vendredi soir face aux Etats-Unis. Selon nos informations, c’est le Parisien Kevin Gameiro qui épaulera le Madrilène Karim Benzema en pointe. Derrière le duo d’attaquants, Jérémy Ménez et Franck Ribéry occuperont les couloirs. Quelques incertitudes demeurent dans l’entrejeu. Le Marseillais Alou Diarra est en balance avec le Rennais Yann M’Vila. Même chose concernant Marvin Martin et l’appelé de dernière minute, Maxime Gonalons. Aligné dans les buts, Hugo Lloris évoluera derrière une défense inédite avec Mathieu Debuchy à droite, Jérémy Mathieu à gauche et une charnière centrale composée d’Adil Rami et de Laurent Koscielny.

L’équipe probable face aux Etats-Unis : Lloris – Debuchy, Rami, Koscielny, Mathieu – A. Diarra (ou M’Vila), Martin (ou Gonalons), Ménez, Ribéry – Benzema, Gameiro.

Alix Dulac