RMC Sport

Des Bleus toujours aussi ternes

Eric Abidal

Eric Abidal - -

Si l’équipe de France a prolongé son invincibilité ce mardi soir avec un 17e match consécutif sans défaite, elle n’a pas été en mesure de montrer des progrès contre la Belgique (0-0). A six mois et demi de l’Euro, l’inquiétude augmente.

Il y a un an, c’était Wembley, le temps des promesses. Une belle victoire en Angleterre (2-1), un jeu offensif séduisant, des associations heureuses, avec notamment ce milieu à trois Nasri-M’Vila-Gourcuff plutôt intéressant ce soir-là, même face à une équipe B. D’un automne à l’autre, les statuts ont évolué, disparu. D’autres se sont révélés, comme Yohan Cabaye et Marvin Martin, associés au Rennais (KO à la 37e) ce mardi soir au Stade de France. Mais la courbe de progression des Bleus, elle, s’est aplanie. Peut-être même a-t-elle globalement décru, malgré quelques sursauts. Pour son 71e affrontement avec son adversaire préféré depuis 1904, l’équipe de France est restée aphone (0-0). Et a confirmé ses difficultés.

De là à dire que les deux matchs amicaux de ce mois de novembre n’avaient pas grand intérêt, il n’y aurait qu’un pas. Que la victoire poussive contre les Etats-Unis (1-0) vendredi, que ce 17e match consécutif sans défaite, certes, mais surtout terne, n’ont pas apporté énormément en vue de l’Euro. Il y a pourtant un enseignement. Dans six mois et demi, en Ukraine et en Pologne, les joueurs de Laurent Blanc s’avanceront sur la pointe des pieds à moins d’un exploit le 29 février en Allemagne, en match amical. Des ténors, les Bleus n’en sont plus depuis longtemps.

Rendez-vous en Allemagne

Et le 2 décembre, à Kiev, ils pourraient tomber dans un groupe infernal avec leur reversement dans le chapeau 4 pour le tirage au sort. Passer du naufrage, de la honte, de la Coupe du monde 2010 à une étiquette de candidat à la victoire à l’Euro aurait été miraculeux. Mais le sentiment que les Bleus plafonnent se renforce à presque chaque sortie. Il s’en est notamment fallu de peu pour que les Bosniens ne viennent se qualifier directement pour l’Euro en octobre (1-1). Face à Eden Hazard, peu en vue, et les siens, l’équipe de France a encore une fois trouvé trop peu de solutions pour créer le danger.

Seules deux frappes cadrées de Franck Ribéry, en première période (28e, 32e), et deux tentatives de Karim Benzema après le repos (58e, 71e) ont inquiété les Diables Rouges. Très bons après être entrés en jeu contre les Etats-Unis, Loïc Rémy et Marvin Martin, alors buteur et passeur, ont eu beaucoup moins d’impact en débutant. Et cette fois, les changements n’ont pas permis de gagner en profondeur et en efficacité. Hugo Lloris a même dû sortir une magnifique double parade devant Kévin Mirallas (75e) pour garantir l’invincibilité tricolore. Se prolongera-t-elle à Brême ? Depuis cet été, les Bleus se ne sont imposés que trois fois, dont deux contre l’Albanie (1-2 et 3-0), et ont concédé quatre matchs nuls (Chili, Roumanie, Bosnie, Belgique). En 2012, il faudra (re)trouver les ingrédients d’un jeu fluide, dynamique, spectaculaire. Tout un programme.