RMC Sport

Domenech : « J’ai des choses à me reprocher »

Raymond Domenech ne pense pas que ses joueurs ont manqué d'orgueil

Raymond Domenech ne pense pas que ses joueurs ont manqué d'orgueil - -

Raymond Domenech est apparu touché par la défaite de l’équipe de France face au Mexique (2-0) à Polokwane. Le sélectionneur de Bleus prend sa part de responsabilité dans cet échec et entend maintenant réussir une sortie correcte face à l’Afrique du Sud le 22 juin.

Raymond, quel est votre sentiment après votre défaite face au Mexique (0-2) ?
Je n’ai pas de mots. Je ressens surtout de la déception.

Qu’avez-vous dit à vos joueurs après le match ?
Rien, pour le moment. J’attends. Il faut que je trouve les mots. Il reste un match et il faut le jouer.

Est-ce une défaite méritée ?
Tout ce que je peux dire, c’est que le but qui a fait la différence était hors-jeu. Mais le mérite en football, c’est pour ceux qui marquent.

Que pensez-vous du Mexique et de son sélectionneur Javier Aguirre ?
Je le félicite pour sa victoire. Mais il reste un match. Maintenant, le Mexique, ce n’est plus mon problème.

Est-ce l’échec de votre politique ?
C’est l’échec de l’équipe de France.

Quel est votre sentiment sur la prestation d’Anelka ?
Je ne suis pas là pour faire le bilan de chaque joueur. Il faut surtout que je retrouve mes esprits, que je trouve des mots. Il y a un match à jouer. Nous devrons montrer de l’orgueil et de la fierté. Il reste une infime chance. Il faut se dire qu’on est capable de réagir. Mais c’est vrai, on est en danger.

A combien évaluez-vous vos chances de qualification ?
Quand ça ne dépend plus de nous, on ne peut plus parler de chance.

Votre équipe était-elle bien préparée pour la Coupe du monde ?
La compétition n’est pas encore terminée. On fera les bilans après.

Vos hommes ont-ils manqué d’orgueil ?
Non, je ne sais pas. Il reste un match, il faudra réagir.

Comment expliquez-vous que vos hommes n’aient pas réussi à réagir après l’ouverture du score des Mexicains ?
Quand on est mené et que votre adversaire est en confiance, on a du mal. Mais je n’ai pas d’explications.

Les Bleus restent sur trois matches sans but. Avez-vous une explication ?
Il va falloir en trouver. Maintenant, je ressens de la déception et de la tristesse.

Y avait-il ce soir une équipe face à onze individualités ?
Je ne peux pas être d’accord. J’ai trouvé que l’on avait fait une très bonne première période. Il a manqué juste plus de percussion. Cela a été plus compliqué sur la fin. Peut-être parce qu’on a poussé, poussé…

Avez-vous peur que le Mexique et l’Uruguay puissent s’entendre sur un nul qui les qualifierait tous les deux ?
Je ne me préoccupe pas des autres. Je ne fais pas de supputations sur le match des autres. Ce n’est plus mon problème.

Avez-vous des choses à vous reprocher ?
Certainement, oui.

Quoi ?
Ça, ça m’appartient.

Propos recueillis par Marc Ambrosiano à Polokwane