RMC Sport

Domenech veut ses primes, la FFF reste ferme

Raymond Domenech

Raymond Domenech - -

Raymond Domenech et la Fédération française de football n'ont pas réussi à trouver un accord lors de l'audience de conciliation qui s'est déroulée ce jeudi au Conseil des prud'hommes de Paris. La guerre entre les deux camps s’annonce très tendue.

Il fallait s’y attendre. Sans surprise, la réunion de conciliation entre Raymond Domenech et la FFF a échoué, ce jeudi matin, au tribunal des prud’hommes de Paris. « Il n’y a pas eu de conciliation, lâchait simplement Jean-Yves Connesson, l’avocat de Raymond Domenech à la sortie de la rencontre. L’affaire est renvoyée au jugement le 13 janvier prochain. »

Dans ce litige, la Fédération française de football ne lâchera rien. Dès hier, elle avait assuré par le biais de son avocat Yves Wehrli qu’elle ferait « preuve de la plus grande fermeté » et qu’il n’y aurait « pas de conciliation possible ». Même son de cloche dans le camp de Raymond Domenech, présent ce jeudi et bien déterminé à obtenir les 2,9 millions d’euros qu’il réclame après son licenciement.

Duchaussoy : « Vous le connaissez, Raymond… »

« La bataille continue pour faire valoir les droits de Raymond Domenech, ajoute l’avocat de l’ancien sélectionneur. Nous sommes extrêmement confiants dans la suite de ce dossier. » A tel point que Domenech à d’ores et déjà fait savoir que contrairement aux joueurs, il avait bien l’intention de conserver ses primes du Mondial, qui s’élèvent à 100.000 euros. De quoi renforcer un peu plus la tension qui règne déjà entre les deux parties.

« Ce qu’il réclame, c’est son problème, lui répond Fernand Duchaussoy, le président de la FFF. Mais on ne paiera pas. Vous le connaissez, Raymond… Les joueurs ont tous renoncé aux primes. Est-ce que Raymond Domenech fait dans la provocation ? A vous de juger. Ce serait bien qu’il s’aligne sur la position des joueurs. » Manifestement, il n’en a pas du tout l’intention.

S.O. (avec A. D. et C. Z.)