RMC Sport

En vidéo, France-Suède: le poignant hommage aux victimes des attentats avec une Marseillaise a cappella

-

- - -

Les joueurs de l’équipe de France ont observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Un moment fort, partagé avec le public et fortement empreint d’émotions.

Il a ouvert le bal à quelques minutes de l’entrée des équipes sur le terrain, en tribunes, au micro de TF1. « Il faut se souvenir », a commencé par dire François Hollande. Le Président de la République, comme à son habitude, était au Stade de France ce vendredi soir pour assister au match de l’équipe de France, opposée à la Suède en match éliminatoire du Mondial 2018. Et comme les joueurs, lui non plus n’a pas oublié cette soirée tragique du 13 novembre et les attentats survenus dans Paris et aux abords du Stade de France.

« Il y a un an, presque jour pour jour, nous étions là dans ce stade, avec un match de football amical, France-Allemagne, raconte le chef de l’Etat. Et puis, il y a eu trois bombes qui ont éclaté, avec un mort, Monsieur Manuel Dias. Et puis j’ai appris qu’il y avait d’autres attaques en plein Paris. Il y a eu 130 morts, des centaines de blessés. Alors, il faut se souvenir, d’abord pour leur mémoire mais aussi pour tous ceux qui ont survécu et pour lesquels nous devons faire cet acte de souvenir, mais aussi d’encouragement et de soutien. »

Une minute de silence gâchée par « un allez l’OM »

Un message reçu cinq sur cinq par le public. Ils étaient 78 000 spectateurs dans les travées du Stade de France au moment des hymnes nationaux. Et ce sont autant de drapeaux qui se sont agités alors que les 22 acteurs faisaient leur entrée sur la pelouse. L’émotion est montée d’un cran à 20h41, quand les Bleus ont chanté, bleuet accroché sur la poitrine, la Marseillaise. A pleins poumons - notamment Evra et Matuidi - et a capella, la sonorisation du SDF s’étant volontairement éteinte pour laisser les joueurs communier avec leurs supporters.

Puis les Bleus ont ensuite pris place dans leur moitié de surface, alignés les uns à côté des autres, se tenant par la taille, pour observer une minute de silence. Un moment quasi sans faute jusqu’à ce cri d’un supporter qui lâchait un « Allez l’OM » de très mauvais goût. Mais un moment riche en émotions, à l’image d’un Payet ému durant cette minute.