RMC Sport

Equipe de France: Benalla accuse le chauffeur du bus pour la parade ratée

Alexandre Benalla, ancien collaborateur du président Emmanuel Macron, a sorti son livre dans lequel il revient notamment sur la parade ratée des joueurs de l’équipe de France sur les Champs Elysées après leur sacre mondial en juillet 2018.

Alexandre Benalla, ancien collaborateur du Président Emmanuel Macron, a sorti un livre "Ce qu’ils ne veulent pas que je dise" (à paraître ce jeudi aux Editions Plon), dont Le Point s’est procuré les bonnes feuilles. L’ancien directeur de cabinet évoque notamment la descente ratée des Champs Elysées du bus transportant les joueurs de l’équipe de France au lendemain de leur victoire en Coupe du monde en juillet 2018. A l’époque, le Canard Enchaîné avait indiqué que Benalla avait accéléré le véhicule, en lui imposant "une cadence d’enfer" avec "à la clé: l’assurance pour Macron de faire l’ouverture des 20 heures avec les Bleus en direct de l’Elysée."

Une attaque que dément l’ancien directeur de cabinet de l’Elysée. Il assure aussi qu’un passage à l’hôtel Crillon était bien prévu alors que la Fédération française de football (FFF) avait affirmé que ce n’était pas le cas. Annoncés à l’établissement, les Bleus ne s’y étaient jamais rendus, provoquant une vague de colère auprès des milliers de personnes qui attendaient au pied de l'établissement pour saluer leurs héros.

Selon Benalla, les joueurs devaient bien passer au Crillon

"Le contrôleur général a proposé un dispositif similaire à celui utilisé lors des obsèques de Johnny Hallyday, avec une partie de la chausse réservée au passage du bus et totalement protégée des spectateurs, écrit-il dans son livre. Le reste du programme comprenait une réception à l’Elysée puis un convoyage rapide des joueurs vers l’hôtel Crillon pour récupérer leurs bagages et retrouver leurs familles avant que chacun ne regagne ses pénates (…)."

"Le chauffeur appuie un peu fort sur l’accélérateur"

"Assis à l’avant, près du chauffeur, j’annonce notre progression à Patrick Strzoda (directeur de cabinet du Président depuis 2017), qui assure la coordination de l’opération. Arrivés à l’Arc de Triomphe, nous passons dans le bus à impériale, les joueurs montent à l’étage, la partie découverte, et nous entamons la descente. Le chauffeur appuie un peu fort sur l’accélérateur. A plusieurs reprises, je lui demande de ralentir. Il relâche un peu la pression, puis remet le gaz dès qu’il peut. Ce gars doit avoir rendez-vous chez le dentiste et il a peur d’être en retard. Ce passage éclair laisse derrière lui les supporters frustrés et nous oblige à attendre, arrêtés à l’angle de l’avenue Matignon et de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Nous sommes en avance sur l’horaire prévu et le président est toujours en rendez-vous. Enfin, après plus de dix minutes, je donne le top départ, direction l’Elysée."

Il explique que la Fédération française n’avait pas réservé suffisamment de chambres à l’hôtel Crillon pour que les joueurs y retrouvent leurs familles. "Dans la minute, j’appelle le général Bio-Farina pour lui demander d’ouvrir l’hôtel de Marigny, qui est juste à côté et sert à héberger les hôtes étrangers de la France. Par chance, il est vide." Il indique avoir contacté le chef cuisinier de l'Elysée, qui a préparé 200 plateaux repas en 1h30 pour les Bleus et leurs proches.

NC