RMC Sport

Equipe de France: les matchs amicaux des Bleus devant 1.000 personnes maximum

Les deux matchs amicaux de l'équipe de France face à l'Ukraine le 27 mars (au stade de France) et la Finlande le 31 mars (Lyon) se joueront à huis clos ou seulement devant 1.000 personnes en raison des nouvelles restrictions appliquées pour éviter la propagation du coronavirus.

Le renforcement du stade 2 de lutte contre le coronavirus impactera aussi l'équipe de France. Au lendemain de l'annonce de l'interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes jusqu'au 15 avril, Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a tenu une réunion ce lundi avec l’Agence nationale du sport, la direction des sports, les comités nationaux olympique et paralympique. 

Cela touchera donc les Bleus, qui doivent disputer deux matchs amicaux face à l'Ukraine le 27 mars (au Stade de France) et la Finlande le 31 mars (Lyon). "S’ils peuvent être reportés, ils le seront, a-t-elle déclaré. S'ils ne le sont pas, ils devront répondre à cette même jauge de 1.000 personnes présentes dans le stade." Sur quels critères alors attribuer ces 1.000 places sachant que ces rencontres ont déjà quasiment fait le plein? Comme pour les matchs de L1, le huis clos est l'autre solution.

Vers une annulation?

Un report apparaît impossible puisque ces rencontres s'inscrivent sur des dates Fifa, sur lesquelles les sélections peuvent officiellement organiser leur rencontre. Il s'agira du dernier créneau avant l'Euro 2020. Cette annonce met en doute la tenue de ces rencontres. L'hypothèse qu'elles soient annulées existe toujours puisqu'un huis clos représenterait un coût important pour la Fédération (absence de billetterie, couplée aux coûts de location du stade), même si cela n'arrangerait pas Didier Deschamps qui serait alors privé de la dernière possibilité d'effectuer une répétition générale avant l'Euro.

La Fédération au ministère mardi

Le sujet sera évidemment discuté mardi puisque la ministre des Sports a convoqué une nouvelle réunion avec les Ligues professionnelles, les fédérations, le têtes de réseaux du mouvement sportif et les diffuseurs pour "faire ensemble un point sur la situation". 

Elle évoquera notamment les modalités de remboursement des billets pour les spectateurs. "Nous travaillons au quotidien avec les organisateurs à des solutions pour étudier les modalités de dédommagement des spectateurs qui ont acheté leur billet, a-t-elle rappelé. J'ai demandé aux organisateurs d'évaluer l'impact de ces décisions sur leur modèle économique."

Nicolas Couet avec Maureen Lehoux et Julien Richard