RMC Sport

Escalettes : « Je pense à Laurent Blanc… à d’autres aussi »

Le président de la FFF a reconnu que Laurent Blanc faisait partie de sa short-list en vue du remplacement de Raymond Domenech après le Mondial 2010... mais que ce dernier n'était pas le seul

Le président de la FFF a reconnu que Laurent Blanc faisait partie de sa short-list en vue du remplacement de Raymond Domenech après le Mondial 2010... mais que ce dernier n'était pas le seul - -

Laurent Blanc, les futurs contrats des sélectionneurs tricolores ou les primes des membres de l’équipe de France… Au lendemain du conseil fédéral, le président de la FFF, Jean-Pierre Escalettes, s’est exprimé sur les sujets chauds de l’actualité des Bleus.

Laurent Blanc fait-il vraiment partie de votre « short-list » en vue du remplacement de Raymond Domenech après le Mondial 2010 ?
Vous ne me croiriez pas si je vous disais qu’il ne fait pas partie des pistes suivies. Le fait qu’il soit sur une « short-list » ne veut pas dire que l’on pense forcément à lui, comme cela a pu être affirmé dans certains médias. Cela l’a gêné lui, nous, son club. Vous pouvez très bien me citer cinq ou six noms auxquels j’aurais pensé et cinq ou six noms auxquels je n’aurais pas pensé… Cette « short-list » est vraiment « short »… Je ne suis pas allé voir Laurent Blanc, je ne lui en ai pas parlé. Je pense à lui, comme je pense à d’autres aussi.

Est-ce que dans le futur, on va se tourner vers des mandats de deux ans pour les sélectionneurs ou du moins des contrats liés aux compétitions ?
Là-dessus, je suis assez proche du point de vue d’Aimé Jacquet. Il faudra voir pour fixer des échéances allant sur deux ou quatre ans, pas plus. La remise en question sera quelque chose qui se produira régulièrement avec les sélectionneurs à venir. Ils auront un objectif et sauront qu’au-delà de cette mission, ils pourront ou non être reconduits.

Ces derniers jours, les primes des joueurs et du sélectionneur de l’équipe de France ont été révélées dans les médias. La polémique autour de ces chiffres vous agace-t-elle ?
Je ne sais pas d’où viennent les fuites. Lilian nous l’a dit hier, très irrité : « Cela doit rester confidentiel. » C’est lors du match France-Argentine (en février, ndlr) que les primes ont été fixées. Le lendemain, leur montant était révélé. Ça a fait pschitt. C’est cousu de fil blanc. Tout cela ressort maintenant alors qu’à l’époque, personne n’en avait parlé…

La rédaction - P.T.