RMC Sport

France-Allemagne : les tops et flops

Olivier Giroud et Anthony Martial

Olivier Giroud et Anthony Martial - AFP

Grâce à des buts d’Olivier Giroud et d’André-Pierre Gignac, l’équipe de France a battu l’Allemagne, ce vendredi soir (2-0), au Stade de France. Outre l’avant-centre des Gunners, Anthony Martial devant et Laurent Koscielny derrière ont fait forte impression.

TOPS

Anthony Martial

En l’absence de Mathieu Valbuena, le Mancunien avait l’opportunité de marquer de nouveaux points et de grossir son actuelle cote en Bleu. Après avoir mis un peu de temps à prendre la mesure de Rudiger, assez rugueux au marquage, Anthony Martial a régulièrement posé des problèmes au défenseur allemand. Avant son moment de génie : dribble sur Rudiger, qu’il met sur les fesses, fixation de Ginter et Boateng d’un passement de jambes le long de la ligne de sortie de but, avant de décaler parfaitement Olivier Giroud. Sa 3e passe décisive en 5 sélections.

Laurent Koscielny

Avec des prestations pareilles, il aura vite éteint le débat autour du complément idéal de Raphaël Varane. Auteur d’un excellent début de saison, Laurent Koscielny a fait preuve d’autorité dans sa surface, multipliant les gestes décisifs, à l’image de ce tacle rageur en première période au-devant de Mario Gomez. Une complicité de plus en plus intéressante avec Raphaël Varane, que les deux joueurs devront parfaire. Sur deux moments de flottement, Müller et Gomez ont bien failli tromper Hugo Lloris…

Olivier Giroud

Karim Benzema absent, il était en première ligne. Et comme face au Danemark, le Gunner n’a pas déçu. Auteur d’un doublé il y a un mois, Olivier Giroud a remis ça, sur une superbe passe en retrait d’Anthony Martial. Il aurait pu breaker sur un centre d’Antoine Griezmann mais n’a pas cadré sa tête (58e). Qu’à cela ne tienne : après un début de match compliqué, marqué par deux contrôles manqués aux abords de la surface, Giroud a inscrit son 13e but en Bleu et le 1400e de l’histoire de l’équipe de France.

FLOPS

Mario Gomez

De retour en sélection après plus de 400 jours d’absence, Mario Gomez jouait gros face aux Bleus. Seul véritable avant-centre de métier au sein de la Nationalmannschaft, depuis la retraite de Miroslav Klose, auteur d’un début de saison stratosphérique avec Besiktas (9 buts en 15 matches), l’ancien joueur du Bayern Munich n’a pas beaucoup pesé dans les débats. Lent, emprunté, peut-être pas aidé par la pelouse indigne du Stade de France, il n’a jamais pris le meilleur sur Raphaël Varane, ni sur Laurent Koscielny, qui le gêne au moment de frapper (43e), alors que le but français lui est grand ouvert. Une soirée à oublier… mais un joker de grillé avant l’Euro. Peut-être le dernier.

Les choix tactiques de Löw

Mais où avait-donc la tête Joachim Löw ? A quoi pensait le sélectionneur des champions du monde en titre allemands en venant défier les Bleus, ce vendredi soir, au Stade de France ? La Nationalmannschaft a évolué avec une défense à cinq face aux joueurs de Didier Deschamps. Et si, dans l’idée, les latéraux Jonas Hector et Matthias Ginter devaient vite se projeter vers l’avant, on n’a rien vu de tout ça. On n’a rien vu surtout pendant… 35 minutes, le moment où Thomas Müller a complètement raté sa frappe du droit. Puis, dix minutes plus tard (43e), une nouvelle frappe hors-cadre de Mario Gomez et un poteau trouvé à un quart d’heure de la fin (77e) par… Thomas Müller. Voilà le bilan allemand. Très, très faible pour une équipe qui n’était clairement pas venue à Saint-Denis pour jouer au football.

LES NOTES

France

Lloris 5

Sagna 6

Varane 6

Koscielny 6,5

Evra 6

L. Diarra 6 (remplacé par Schneiderlin, 81e)

Matuidi 6

Pogba 6

Griezmann 5 (remplacé par Ben Arfa, 80e)

Giroud 6,5 (remplacé par Gignac, 68e)

Martial 6 (remplacé par Coman, 69e)

Allemagne

Neuer 5

Ginter 4 (remplacé par Volland, 79e)

Rudiger 4

Boateng 4,5 (remplacé par Mustafi, 46e)

Hummels 5

Hector 4 (remplacé par Can, 34e, 4,5)

Schweinsteiger 5

Khedira 4,5 (remplacé par Gündogan, 61e)

Draxler 5,5 (remplacé par Sané, 61e)

Gomez 3

Müller 5,5