RMC Sport

France-Espagne : les notes des Bleus

Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena - AFP

L’équipe de France n’a pas manqué sa rentrée en s’imposant face à l’Espagne (1-0), ce jeudi. Raphaël Varane, Paul Pogba, Moussa Sissoko, Mathieu Valbuena et Karim Benzema ont déjà affiché de belles promesses alors que la soirée a été plus difficile pour Antoine Griezmann.

Hugo LLORIS (5,5) : Dans une rencontre où il a été peu sollicité, il a d’abord dévissé un dégagement (6e) avant d’intervenir avec autorité sur un centre de Carvajal (10e). Peu mis à contribution, le capitaine n’a pas vraiment eu l’occasion de vibrer, hormis sur une frappe de David Silva trop croisée (83e).

Mathieu DEBUCHY (5,5) : Le nouveau latéral droit d’Arsenal a rendu une copie très propre. Précieux dans ses interventions aériennes, il n’a jamais été pris à défaut par Raul Garcia. L’entrée de David Silva a changé la donne et animé son côté. Dans un match rapidement fermé, il a trop rarement proposé des solutions offensives dans son couloir.

Raphaël VARANE (7) : Au bon souvenir des Atlético-Real de la saison passée, Varane a vite montré les crocs à Diego Costa, parti à Chelsea sévir sur les pelouses de Premier League cet été. Excellent dans les duels, le Nordiste a encore fait parler sa classe sur ses relances propres. Sans fioriture et rassurant même si son association avec Sakho a davantage souffert en fin de match.

Mamadou SAKHO (6) : Le défenseur de Liverpool a commencé son match par un dégagement manqué, comme il en a parfois l’habitude. Guerrier comme souvent, il a participé à museler Diego Costa avec qui il s’est accroché à base de mots doux en deuxième période (56e). Le Liverpool-Chelsea du 8 novembre prochain promet de chaudes retrouvailles entre les deux hommes. Il a failli laisser filer Alcacer en fin de match (87e).

Patrice EVRA (4,5) : S’il a donné le ton face à Diego Costa sur un premier duel avec l’attaquant espagnol, le nouveau défenseur de la Juventus a été plutôt discret. Les rares percées adverses sont intervenues de son côté. Remplacé sous quelques sifflets par Lucas DIGNE (68e).

Paul POGBA (7) : Il a débuté par une relance étrange avant de hausser le ton. Excellent dans le placement et ses interventions, le Turinois a régalé ses partenaires et le public de passes aussi précises que somptueuses. Après avoir tenté sa chance d’une frappe molle (10e), il a délivré une offrande vers Benzema que ce dernier n’a pas fructifiée (25e). Son décalage vers Sissoko aurait dû connaitre plus de réussite mais le but de Benzema qui a conclu cette action a été injustement refusé. Déjà du bon Pogba alors qu’il n’a repris la compétition que le week-end dernier avec la Juve.

Blaise MATUIDI (6) : Habitué à jouer dans un milieu à trois en club comme en sélection, le Parisien a été moins en vue dans ce système à deux récupérateurs où il s’est (bien) attaché à remplir les tâches défensives. Moins porté vers l’avant, il a joué juste et sobre. Remplacé par son partenaire en club Yohan CABAYE (68e).

Moussa SISSOKO (6,5) : Seul titulaire sur le terrain à ne pas avoir disputé le quart de finale de Coupe du monde face à l’Allemagne, l’ancien Toulousain s’est mis au diapason de ses coéquipiers en s’offrant une première percée (5e) où il a pris le dessus sur Ramos et Azpilicueta. C’est aussi lui qui a initié une contre-attaque expresse en sollicitant le une-deux avec Valbuena (33e) avant de manquer de lucidité dans sa passe vers Benzema. Passeur décisif sur le but refusé à Benzema (50e), Sissoko s’est vengé en talonnant vers Valbuena sur l’avant-dernière passe du but de Rémy (73e). Une très belle soirée. Remplacé par Morgan SCHNEIDERLIN (78e).

Mathieu VALBUENA (7) : Il a éteint les interrogations liées à son départ au Dinamo Moscou. Sur la lancée de sa belle Coupe du monde, l’ancien Marseillais a imprimé le tempo en soutien de Benzema qu’il bien trouvé en début de match (9e). Après une nouvelle passe vers Sissoko (17e), il s’est un peu éteint même s’il n’a pas hésité à descendre pour toucher des ballons. En jambes, il a agrémenté sa belle prestation d’une passe décisive pleine de sang-froid pour Rémy (73e). Remplacé sous les applaudissements par Rémy CABELLA (74e).

Karim BENZEMA (6,5) : Son bilan comptable parait injuste au regard de sa prestation. Auteur de deux frappes stoppées par De Gea (9e, 39e), l’attaquant madrilène aurait dû inscrire son 25e but en sélection mais l’arbitre-assistant a levé son drapeau à tort alors qu’il avait trompé De Gea d’une subtile frappe croisée (50e). Une erreur dommageable qui l’a agacé, lui qui restait sur une frappe détournée par Neuer lors des arrêts de jeu du quart de finale de la Coupe du monde. A l’origine de l’action sur le but de Rémy, il s’est créé une dernière occasion mais De Gea a encore écarté sa frappe (91e).

Antoine GRIEZMANN (4,5) : Sur la lancée de sa prometteuse Coupe du monde, on s’attendait à un Antoine Griezmann plus en vue. Mais l’attaquant de l’Atlético Madrid est resté en retrait. Et s’il s’est illustré par un joli grand pont sur Carvajal et une remise pour Benzema (34e), l’ancien joueur de la Real Sociedad n’a pas influencé les attaques françaises. Remplacé par Loïc REMY (59e), qui a ouvert le score d’une frappe superbe du pied gauche (73e), son sixième but avec les Bleus.

NC