RMC Sport

Gomis, la deuxième chance

La Panthère a une occasion en or de se rappeler au bon souvenir du public français avec la sélection

La Panthère a une occasion en or de se rappeler au bon souvenir du public français avec la sélection - -

L’attaquant lyonnais, 24 ans, est de retour en équipe de France. Un peu plus d’un an après des débuts aussi prometteurs qu’éphémères, il peut profiter des nombreuses absences pour briller chez les Bleus.

« Les Bleus, c’est dans un petit coin de ma tête. Mais après ma saison très moyenne à Saint-Etienne, je veux d’abord être performant avec Lyon, marquer, faire marquer, jouer le titre. » Lorsqu’il pose ses valises à Gerland cet été, Bafétimbi Gomis est loin de s’imaginer qu’il retrouvera l’équipe de France deux mois plus tard. Le forfait de Franck Ribéry va pourtant précipiter son retour dans la Maison bleue. « Il est avec moi, il a pris la place de Franck », sourit son pote Eric Abidal.

Il y a un peu plus d’un an, Bafé Gomis est l’attaquant qui monte. Le buzz, c’est lui. Exit Djibril Cissé. Après une deuxième partie de saison étincelante avec les Verts, l’attaquant stéphanois décroche son ticket pour l’Euro après une première sélection remarquée à Grenoble face à l’Equateur (2-0) en match de préparation. Entré en jeu à la mi-temps, il inscrit un doublé fracassant en vingt-sept minutes. Un exploit qui restera sans suite. Car comme tous ses partenaires, Bafé Gomis traverse l’Euro sans éclat. Un championnat d’Europe qui s’achève pour lui par une humiliante défaite face aux Pays-Bas (4-1).

En se relançant brillamment dans le Rhône cet été, l’avant-centre âgé aujourd’hui de 24 ans s’est octroyé une deuxième chance au plus haut niveau. Si ses statistiques en équipe de France sont plus que flatteuses (2 buts en 4 sélections), le Gone n’avait plus été appelé depuis ce triste championnat d’Europe en 2008. « Cette fois-ci, j’espère qu’il va y rester longtemps, je vais prier pour lui », assure Pascal Feindouno, son ami et ancien coéquipier à Saint-Etienne. Quand on a goûté aux Bleus… Au contact des « grands », tu progresses. A Lyon, c’est un nouveau joueur. Il bénéficie de bons ballons, il joue quasiment tous les matches et il répond présent. »

Feindouno : « Même quand ça allait moins bien, il me parlait des Bleus »

Son début de saison parle effectivement en sa faveur. Quatre buts en huit matches de championnat, trois en Ligue des champions, ça donne une moyenne de 0,6 but par match. En France, personne n’a fait mieux cette saison. Le contraste avec l’an passé, où l’attaquant stéphanois traîne comme un boulet sa réputation de crack, est saisissant.

« Depuis l’Euro, il a toujours été sérieux, travailleur, soutient pourtant Eric Abidal. Il a eu des petits soucis à Saint-Etienne mais il a eu la chance de rejoindre un club comme Lyon cet été. Il y a été bien accueilli. Il se sent en confiance et réalise de bons matches. C’est normal que le sélectionneur ait pensé à lui. Sa sélection est amplement méritée. » Pascal Feindouno enchaîne : « Même quand ça allait moins bien, il me parlait des Bleus. » Samedi, face aux Iles Féroé, l’attaquant lyonnais a une chance rêvée de relancer sa carrière internationale. A lui de la saisir.

La rédaction - Aurélien Brossier ( RMC Sport)